Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Irak: les peshmergas kurdes tentent de reprendre l'avantage

Mossoul, deuxième ville d'Irak et son barrage qui fournit de l'eau et de l'électricité à toute une région sont l'enjeu de la bataille menée contre l'Etat islamique par les forces kurdes au sol, appuyées par des moyens aériens américains. Les forces kurdes entendent pousser leur avantage en reprenant les localités qui étaient tombés aux mains de l’Etat islamique.



Deux pershmergas dans la province de Ninive, en Irak, le 9 août 2014. REUTERS/Ari Jalal
Deux pershmergas dans la province de Ninive, en Irak, le 9 août 2014. REUTERS/Ari Jalal

Les déclarations kurdes se contredisent. Hier soir, les responsables militaires et politiques à Erbil affirmaient que les forces peshmergas avaient repris la totalité du contrôle du barrage mais un peu plus tard, un autre responsable kurde rectifiait : le barrage n'est pas encore acquis mais les alentours ont en grande partie été reconquis.

Reconquis car jusqu'à début août, aussi bien le barrage et plusieurs localités au nord et à l'est de Mossoul étaient contrôlées par les Kurdes. Devant les assauts de l'Etat islamique, ils avaient demandé aux populations, chrétiennes, yézidies qui peuplaient ces villes de s'en aller et avaient opéré ce qu'ils appellent un « retrait stratégique ».

Les combats semblent se concentrer désormais dans ces zones autour de Mossoul mais le terrain est difficile. Un responsable kurde indique que les combattants jihadistes auraient semé des bombes sur les routes secondaires qui mènent à Mossoul.

Reprendre Bashika à l'EI

Déjà, deux villes qui abritaient auparavant des minorités chrétiennes ont été reprises dimanche soir par les Peshmergas. Depuis son promontoire rocheux, le général Haidar Omar voit toute la plaine de Mossoul, le fief de l’Etat islamique, tout proche, fait face à Bashika. Cette ville, peuplée majoritairement de Yézidis s’est vidée lorsque les jihadistes l’ont prise le 4 août dernier, après un retrait des forces kurdes. « Nous allons reprendre Bashika, car cette ville abrite des Kurdes, explique-t-il. Il y a aussi des Yézidis, des chrétiens, des musulmans. Nous allons la reprendre, nous attendons les ordres. »

Assauts de l’Etat islamique

Les bombardements américains près du barrage de Mossoul ont regonflé le moral des peshmergas. Même s’ils sont toujours exposés aux assauts de l’Etat islamique. « Il y a deux jours, on faisait une ronde de nuit, témoigne le brigadier Aziz Ismail, et on a été pris dans une embuscade. Il y a eu des échanges de coups de feu, nous à la kalashnikov, eux à la mitrailleuse lourde. »

Pot de terre contre pot de fer : un message beaucoup entendu ici. Que les armes lourdes tant espérées leur arrivent ou non, les Kurdes entendent bien pousser leur avantage et reprendre du terrain sur l’Etat islamique.

Source : Rfi.fr
 



Lundi 18 Août 2014 - 09:47