Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Irrégularités dans les accords et licences de pêches: le Sénégal perd plus de 300 milliards FCFA par an (Noo Lank)

Le collectif Noo lank a reçu Boubacar Seye, Président d'Horizon sans Frontières (HSF), ce lundi 12 avril 2021. Cette rencontre a permis au collectif Noo lank et Horizon Sans Frontières d'échanger sur les questions liées aux financements de l'Union Européenne (UE) pour la lutte contre l'émigration irrégulière. Mais aussi sur les accords et licences de pêches aux bateaux étrangers.



Irrégularités dans les accords et licences de pêches: le Sénégal perd plus de 300 milliards FCFA par an (Noo Lank)
Noo lank a tenu une rencontre d'échanges avec Boubacar Seye, Président d'Horizon sans Frontières, qui a eu le mérite de poser le débat sur l'Emigration clandestine et l'utilisation des fonds de l'Union européenne accordés au Sénégal.

Selon Mamadou Ndoye porte-parole du jour, malgré ces financements, le Sénégal a connu la "tragédie de 500 sénégalais morts en mer. En sus, de plus en plus de pêcheurs font partie de la vague des immigrants clandestins par la mer, du fait de la baisse de leurs activités. Ce qui pose le problème des accords et licences de pêche aux bateaux étrangers qui nous font perdre plus de 300 milliards FCFA/ an dont la moitié au titre de la pêche illégale et le reste en pertes de revenus qui vont aux bateaux européens, chinois, russes qui détiennent des licences", a déclaré Mamadou Ndoye.
 
Il ajoute : "sur les fonds de l'UE, le Président Macky Sall dit que l'UE n'a pas donné de crédit au Sénégal sur la migration, c'est une affabulation, une mauvaise information, c'est de la diffamation".
 
Or, en termes de concours financiers de l'UE pour le Sénégal, rien que pour le programme de résilience sociale en 2020 (PRES), décrété pendant la pandémie, l'UE affirme avoir accordé au Sénégal 100 milliards, estime-t-il.
 
Projets en cours depuis 2016
 
Pour le porte-parole, les fonds évoqués par le président de HSF correspondent bien à une liste de projets menés au Sénégal par l'UE, en relation avec les structures de l'Etat, la société civile et le secteur privé. Il précise que cette liste disponible pour la presse, permet de constater qu'il y a 176.400.000 euros inscrit pour le Sénégal, soit 115.542.000.000 FCFA.

"Ces projets sont orientés sur la migration avec les volets promotion du secteur privé, formation et emploi des jeunes, lutte contre le trafic de migrants, appui au retour des immigrés, sécurisé. Ces projets sont en cours depuis 2016 au Sénégal avec des structures de l'Etat partenaires dans leur mise en œuvre d'ailleurs : les agences régionales de développement, l'ADEPME, le 3FPT, l'ONFP, le bureau de mise à niveau", a fait savoir Mamadou Ndoye.
 
Sur les accords de pêche avec l'UE, dit-il, nous rappelons avoir constaté leur illégalité manifeste parce qu'ils n'ont pas été présentés à l'assemblée nationale, en conformité avec l'article 95 de la constitution qui l'exige pour tout engagement international." Nous demandons pourquoi, même avec une majorité parlementaire, l'accord n'a pas été présenté à l'assemblée par le gouvernement ? Nous demandons aussi à l'union européenne si elle savait ou non que l'accord n'a pas été ratifié et était donc non valide, non applicable. Elle pourrait être poursuivie en réparation de dommages", s'est-il interrogé. 
 
D'ailleurs, indique le porte-parole du collectif "les revenus de la pêche générée par ses bateaux sur nos mers, de 2014 à 2020, s'élèveraient de 1500 milliards FCFA, à raison de 250 milliards par an"
 
De l'avis du porte-parole, "Nous estimons avoir fait notre devoir d'informer les Sénégalais sur les accords de pêche et les financements de l'UE pour la migration et l'emploi des jeunes. Il appartient maintenant aux acteurs sectoriels concernés de prendre leurs responsabilités face à l'Etat", explique Mamadou Ndoye. D'après lui, Noo Lank "ne peut pas se substituer aux acteurs de la pêche pour demander la suspension des accords illégaux".

Moussa Ndongo

Lundi 12 Avril 2021 - 22:26


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter