Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Les dirigeants d'un groupe armé oromo de retour en Ethiopie

Les dirigeants du Front de libération oromo, l’un des plus anciens groupes armés éthiopiens, ont été accueillis par des dizaines de milliers de personnes à Addis-Abeba samedi 15 septembre. Plusieurs centaines de combattants ont franchi la frontière avec l'Erythrée où le groupe était hébergé. L’OLF avait été enlevé de la liste des organisations terroristes fin juin et avait signé un accord de paix avec le gouvernement début août. A la chute de la dictature communiste du Derg en 1991, l'OLF avait d'abord participé au gouvernement transitoire avant de claquer la porte et de reprendre la lutte armée contre le nouveau régime.



Chants et danses traditionnels, une foule immense patiente depuis déjà plusieurs heures dans les rues de la capitale éthiopienne. Le peuple oromo attend notamment le grand chef : Dawud Ibsa.
 
La police se fait discrète, le service d'ordre du Front de libération oromo gère. Kebede Desta fait partie de l'organisation. « Dawud Ibsa arrive à Finfinnee, je suis heureux. »
 
Finfinnee est le nom d'Addis-Abeba pour les Oromos nationalistes. Fekishu Bonso a fait 20 ans de prison pour son appartenance au mouvement. « Je renaîs maintenant. L'OLF, c'est la paix et non la guerre. »
 
Puis le leader tant attendu Dawud Ibsa arrive. A chaque mention du mot « qeerroo », la foule hurle. Le mot désigne les jeunes et par extension ceux qui ont manifesté et contribué au changement de cap du régime avec Abiy Ahmed.
 
Aucun drapeau éthiopien dans la foule, seulement ceux de l'OLF. C'est une première ligne de fracture en Ethiopie : pour ou contre le fédéralisme basé sur l'appartenance communautaire ?
 
Le mouvement a déjà amorcé sa métamorphose en parti en annonçant un accord avec une autre organisation nationaliste oromo. Insuffisant, selon Fekishu Bonso. « Pour le futur ce qu'on veut c'est qu'il n'y ait qu'un seul parti. »
 
L'autre grande force politique oromo, le parti du Premier ministre, voudra-t-il de ce genre de fusion ? Cela reste à voir. Les élections sont prévues pour 2020.

Rfi.fr

Dimanche 16 Septembre 2018 - 11:25



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 21 Novembre 2018 - 10:10 A la Une: la spirale de la violence au Mali