Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Les impitoyables trafiquants d'or qui dirigent le Soudan



Les impitoyables trafiquants d'or qui dirigent le Soudan
Les Forces de soutien rapide (Rapid Support Forces -RSF) ont été accusées d'exactions de grande ampleur au Soudan, y compris les massacres du 3 juin au cours desquels plus de 120 personnes ont été tuées. Un grand nombre de morts ont été jetés dans le Nil.

L'expert soudanais Alex de Waal dresse le bilan de l'ascension des RSF, qui sont aujourd'hui le véritable pouvoir au Soudan.

Il s'agit d'un nouveau type de régime : un mélange de milices ethniques et d'entreprises commerciales, une force mercenaire transnationale qui a pris le contrôle d'un État.

Le général Mohamed Hamdan Hamdan "Hemeti" Dagolo est leur commandant. Lui et ses combattants ont fait du chemin depuis leurs débuts en tant que ''miliciens arabes en haillons" largement dénigrés sous le nom de "Janjaweed".

Les RSF ont été officiellement créés par décret du président de l'époque, Omar el-Béchir, en 2013.

Mais le noyau de 5 000 miliciens était armé et actif depuis longtemps.
 Leur histoire commence en 2003, lorsque le gouvernement de M. Béchir a mobilisé des éleveurs arabes pour lutter contre les insurgés noirs africains au Darfour.

'Voici les Janjaweed'

Les Janjaweed étaient essentiellement des nomades éleveurs de chameaux, des branches mahamides et mahariya du groupe ethnique des Rizeigat du Darfour-Nord et des régions adjacentes du Tchad. Ils traversaient le désert bien avant que la frontière soit tracée.

Pendant la guerre et les massacres de 2003-2005 au Darfour, le chef janjaweed le plus tristement célèbre était Musa Hilal, chef du Mahamid.

Les impitoyables trafiquants d'or qui dirigent le Soudan
Ces combattants ayant prouvé leur efficacité sanguinaire, M. Béchir les a transformés en une force paramilitaire formelle appelée Border Intelligence Units.

Une brigade active au Darfour-Sud comprenait un jeune combattant particulièrement dynamique, Mohamed Dagolo, surnommé "Hemeti" en raison de son visage de bébé - Hemeti étant un terme affectueux utilisé par les mères, qui signifie "Petit Mohamed".

Devenu petit commerçant après avoir abandonné l'école, il était membre du clan Mahariya des Rizeigat.

Certains disent que son grand-père était un chef subalterne lorsqu'ils résidaient au Tchad.

Un intermède crucial dans la carrière de Hemeti s'est produit en 2007, lorsque ses troupes étaient mécontentes de l'incapacité du gouvernement à les payer.

Elles avaient l'impression d'avoir été exploitées - envoyées en première ligne, accusées d'atrocités, puis abandonnées.

bbc

Vendredi 26 Juillet 2019 - 12:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter