Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Les réfugiés exposés au changement climatique



Les réfugiés exposés au changement climatique
Le changement climatique pourrait aggraver les problèmes et la misère des personnes déplacées.

Elles semblent plus vulnérables aux conditions météorologiques extrêmes qui touchent plusieurs pays dans le monde, affirment les experts.

Les agences humanitaires ont déclaré à la BBC que cela posait des défis importants pour leurs opérations dans différentes parties du monde.
 Des camps temporaires pour les personnes déplacées en Afrique et en Asie ont été touchés par des cyclones, typhons et pluies diluviennes.

Les conditions climatiques extrêmes ont même provoqué des déplacements secondaires pour des populations qui ont déjà dû se déplacer une première fois sur des sites affectés à leur prise en charge.

Les scientifiques estiment que les phénomènes météorologiques extrêmes seront un défi majeur pour de nombreux pays si le réchauffement climatique se poursuit à son rythme actuel.

Mais les experts ont déclaré que le changement climatique ne pouvait pas être directement lié à ces catastrophes.
 Cependant, bon nombre d'entre eux sont d'accord avec les prédictions scientifiques selon lesquelles l'intensité et la fréquence des phénomènes météorologiques extrêmes augmenteront dans un monde qui se réchauffe.

"C'est devenu notre principal défi", a déclaré Shabia Mantoo, porte-parole du HCR (l'agence des Nations Unies pour les réfugiés), à la BBC.

"Un nombre croissant de camps de réfugiés et de personnes déplacées sont frappés par des phénomènes météorologiques extrêmes et il s'avère de plus en plus difficile de les gérer dans de telles conditions".
 Dans la plupart des cas, les inondations ont constitué le principal défi.

Lorsque le cyclone tropical Idai a frappé l'Afrique du Sud-Est, tuant plus de 1.000 personnes en mars cette année, un camp de réfugiés au Zimbabwe a également été touché, selon des responsables du HCR.

Ils ont dit que beaucoup ont été blessés dans le camp de réfugiés de Tongogara qui accueille quelque 13.000 réfugiés dans le district de Chipinge.

"Environ 2.000 maisons de réfugiés, construites pour la plupart en briques de terre, ont été complètement ou partiellement endommagées", a déclaré le HCR à l'époque.

"Plus de 600 latrines se sont effondrées et on craint que l'eau des forages ne soit contaminée par les eaux de crue. Il y a un réel danger d'épidémie de maladies d'origine hydrique."

L'agence des Nations Unies pour les réfugiés a déclaré avoir été confrontée à une situation similaire au Sud-Soudan.
 En octobre dernier, un camp de réfugiés du comté de Maban, avec 15.000 personnes déplacées du Soudan voisin, a été frappé par des inondations sans précédent.

La région est sujette aux inondations pendant cette période de l'année en raison des pluies saisonnières. Mais ce n'était pas le seul facteur dans cette affaire.

"Les inondations au Sud-Soudan viennent des hautes terres de l'Ethiopie voisine, où les pluies deviennent plus intenses et irrégulières, et se fraient également un chemin à travers de larges et rapides rivières", a indiqué Andrej Mahecic, porte-parole du HCR.

Au Nigéria, les camps temporaires de Maiduguri abritant des personnes qui ont fui les insurgés de Boko Haram venus du nord-est du pays, ont également été touchés par des inondations à la suite des fortes pluies d'août, selon le Centre de monitoring des déplacés internes (Internal Displacement Monitoring Centre - IDCM).
 L'insurrection a déplacé près de 2,4 millions de personnes dans le bassin du lac Tchad, selon les chiffres de l'ONU.

"Et beaucoup de ces personnes déplacées sont frappées par des événements climatiques extrêmes les uns après les autres", a déclaré Mamadou Sow, chef du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) en Afrique australe. Nous appelons cela une double vulnérabilité et cela se produit de plus en plus dans notre région."

En Asie, un autre exemple concerne le camp de Cox's Bazar, au Bangladesh, où les réfugiés rohingyas sont hébergés.

Au cours de la mousson de l'année dernière, les camps ont non seulement été inondés, mais certains ont également été touchés par des glissements de terrain (...)

bbc

Lundi 16 Décembre 2019 - 11:46



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter