Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Londres: attaque à l’arme blanche sur le London Bridge, le suspect abattu

Deux personnes ont été tuées ce vendredi 29 novembre lors d'une attaque à l'arme blanche au London Bridge, dans le centre de Londres. Un incident qualifié de « terroriste » par les autorités.



Deux des victimes sont mortes des suites de leur blessures, un homme et une femme dont l'identité n’a pas encore été révélée. Un homme et deux autres femmes blessés lors de cet attentat à l’arme blanche, sont toujours à l’hôpital.

La police continue d’enquêter pour savoir si le suspect avait un complice mais pour l’instant aucune autre personne n’est recherchée. Des officier armés et non-armés vont continuer de patrouiller dans le quartier comme dans le reste de Londres afin de sécuriser et de rassurer la population.

« La police a été appelée à 13h58 [locales et TU] pour une attaque à l'arme blanche près du London Bridge », a annoncé dans un premier temps la police de Londres sur Twitter, évoquant l'arrestation d'un homme. Elle ajoutera plus tard que le suspect a été tué.

L'auteur de l'attaque déjà condamné pour des faits liés au terrorisme
L'identité de l'auteur de l'attentat a été révélée par la police. Il s'appelle Usman Khan, est âgé de 28 ans et originaire de la région des Midlands de l’Ouest, au centre de l’Angleterre. Condamné en 2012 pour des infractions de terrorisme, il avait bénéficié d'une liberté conditionnelle en décembre 2018.

Selon plusieurs sources, l'homme devait assister ce vendredi à une conférence organisée par l'université de Cambridge, « Apprendre ensemble », sur la réhabilitation des prisonniers dans un bâtiment situé à l'extrémité de London Bridge où l'attaque a commencé. L’une des tâches des enquêteurs britanniques sera désormais de comprendre comment il a pu organiser cet attentat alors qu’il était en liberté surveillée et des recherches ont commencé dès la nuit dans une adresse du Straffordshire, la région d’où prévenait le suspect.

Faux gilet d'explosifs
Parmi les vidéos publiées sur les réseaux sociaux, l'une montre un groupe de passants tenter de maîtriser un homme au sol, avant de s'écarter tandis que plusieurs policiers armés interviennent et tirent sur le suspect. La police a expliqué avoir abattu l’homme pensant qu’il tentait de faire exploser une bombe qui s’est avérée être un gilet d'explosifs factice.

« En raison d'informations selon lesquelles le suspect aurait pu avoir un engin explosif, des spécialistes se sont rendus sur les lieux et de larges cordons de sécurité ont été mis en place pour s'assurer qu'il n'y ait plus de danger pour le public, a déclaré Neil Basu. […] Toutefois, nous croyons que le dispositif qui était attaché sur le corps du suspect est un dispositif factice », a expliqué le commissaire adjoint de la police londonienne Neil Basu lors d'une conférence de presse.

Londres sous haute surveillance
Dans la capitale britannique, les patrouilles de police ont été renforcées suite à l’incident de ce vendredi après-midi. « Vous verrez plus d’officiers, y compris des équipes de pompiers, en fonction dans la capitale ce week-end », a prévenu sur Twitter la police des transports londoniens, appelant les habitants à ne pas s'alarmer de cette présence inhabituelle.

Boris Johnson remercie la police
Dans un tweet du 10 Downing Street, le Premier ministre britannique a déclaré se tenir « au courant de l'incident » et remercie « la police et les secours pour leur réponse immédiate ». Suite à cette attaque, Boris Johnson a convoqué ce vendredi soir une réunion du comité de crise du gouvernement.

Rfi.fr

Samedi 30 Novembre 2019 - 08:34



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter