Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Mamadou Niang : "Le Real, ce n’est pas n’importe quoi"

Au sortir du léger décrassage effectué ce dimanche matin, le capitaine olympien a accepté de répondre à nos questions. Le goût de la victoire, son but à Nice, le Real mardi, le Sénégalais se montre dissert.



Mamadou Niang : "Le Real, ce n’est pas n’importe quoi"
Mamad’, au lendemain de la victoire à Nice (1-3), que retiens-tu de ce match ?
Déjà, les trois points. Surtout après la défaite à Lens où nous avions livré un non-match selon moi avec ce but encaissé à la 93e minute. Je pense que les esprits avaient été très atteints par cette défaite (1-0). Le fait d’avoir gagné à Nice nous a donné du baume au cœur avant le Real mardi.

C’était un match à la physionomie étrange avec une première période compliquée, l’exclusion d’Apam et une victoire construite tranquillement en deuxième période, comment l’as-tu vécu ?
Il y avait de ça effectivement. A la mi-temps, le coach nous reproché d’avoir arrêté de jouer après avoir marqué le premier but. D’autant que nous avions fait le plus difficile en ouvrant le score. Bizarrement, on a complètement déjoué par la suite et cela a totalement remis Nice dans le match. Ils ont logiquement égalisé ensuite. Mais l’exclusion d’Apam a quand même été le tournant du match. On n’a pas paniqué, on a été sérieux en faisant tourner le ballon pour écarter ce bloc au maximum pour essayer de trouver la solution. On a su le faire même si ce fut tardivement. Et on a géré l’essentiel de la fin du match avec le but de Baky.
"Il ne faut pas croire que je vais mettre deux buts par match"

Tu as marqué, cela faisait un moment que ce n’était plus arrivé et on en parlait beaucoup, comment l’as-tu vécu ?
Les gens en ont fait tout un plat pour rien du tout. Ca faisait deux mois que je n’avais pas marqué. Ca m’est arrivé plus d’une fois. Je joue à un poste pas évident sur un côté. Le but du jeu pour moi est aussi de faire des centres et de faire marquer. Je ne suis pas là que pour marquer, il ne faut pas croire que je vais mettre deux buts par match. Mon objectif n’est pas là, c’est que l’équipe gagne des matches. Ensuite, qui marque, peu importe…

Tu marches souvent par période où tu marques beaucoup de buts, ça redémarre ?
Non. Comme je le répète, l’essentiel à mes yeux est de prendre trois points avec mon équipe. Qui marque ou qui fait marquer… ce n’est pas le plus important. On a un système de jeu et des consignes. Les miennes sont de passer sur les côtés, de centrer. On ne peut pas faire ça et être ensuite à la réception du ballon en même temps. Il faut savoir faire la part des choses. Il est certain que nous, attaquants, devons plus marquer. Je n’y suis pas parvenu pendant deux mois mais je ne me suis pas affolé non plus.
"Commencer à parler de trois ou de quatre buts à zéro face au Real, il faut se calmer"

L’énorme match face au Real arrive, ce dimanche vous êtes déjà dedans ou c’est plus de la récupération ?
Non, là on récupère. On est fatigué du match d’hier (samedi) et du déplacement. On privilégie la récupération et on n’en a pas vraiment parlé entre nous ce matin au décrassage. Je pense que dès demain (lundi), on va commencer à vraiment se mettre dans le bain et vraiment sentir toute la pression qu’il pourra y avoir vis-à-vis de ce match. Mais ce n’est que de la pression positive. Rien d’impressionnant, rien d’inquiétant.

Ca peut être une grande soirée avec une possibilité de qualification, le résultat de Milan, un stade plein, des stars…
Ca peut effectivement être une belle soirée mais on dépend aussi du score de Milan. Concentrons-nous sur ce que nous avons à faire en faisant le maximum pour gagner ce match. Après, on verra bien ce qu’il se passe.

En gagnant trois buts à zéro, la qualification serait assurée, beaucoup disent qu’il faut que ce soit un match fou…
(Il coupe) Il ne faut pas s’enflammer. On joue contre le Real Madrid et pas contre une équipe de National ou de CFA. C’est le Real, ce n’est pas n’importe quoi. Alors commencer à parler de trois ou de quatre buts à zéro, il faut se calmer. Gagnons déjà notre match en espérant que Milan ne l’emporte pas à Zurich.

OM.net

Lundi 7 Décembre 2009 - 09:50


div id="taboola-below-article-thumbnails">


1.Posté par kih le 07/12/2009 22:25
diérédiuf niang nitt khél guinar dunnk

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter