PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




Mauritanie: la crise du papier se poursuit et les journaux sont toujours à l’arrêt

Depuis plus de deux semaines, les Mauritaniens n'ont plus de journaux papier. La rupture de l'approvisionnement en papier qui ne devait durer que quelques jours s'éternise. Les autorités avaient promis un retour à la normale au début de cette première semaine de janvier, mais il n’y a toujours rien. Après la presse privée, la presse gouvernementale est maintenant aussi touchée.



Mauritanie: la crise du papier se poursuit et les journaux sont toujours à l’arrêt
C'est signe que le problème est devenu sérieux. Même les quotidiens gouvernementaux Chaab en langue arabe et Horizons sa version française, ne sont plus épargnés. Ils ne paraissent plus depuis mercredi dernier.
 
Les premiers jours de pénurie, l'imprimerie nationale leur avait réservé le peu de papier qu'il restait. Aujourd'hui, tous les titres sont logés à la même enseigne et ce sont une vingtaine de journaux qui ne paraissent plus.
 
                                                                     Situation inédite
 
Une situation inédite depuis les débuts de la presse privée, explique Ahmed ould Cheikh, le directeur de l'hebdomadaire Le Calame : « En 27 ans de presse en Mauritanie, nous avons connu des censures, des saisies, mais jamais nous n’avions connu une telle pénurie de papier. A l’imprimerie, ils étaient prévoyants, il y avait toujours un stock pour les jours difficiles. Mais cette fois, malheureusement, ça n’a pas été le cas ».
 
Chaque jour, les journalistes préparent une édition en espérant que la situation se débloque. Ils ne se sont pas encore découragés, mais ça pourrait venir, estime Mamoudou Sy, le directeur de l'Eveil Hebdo : « La plupart des journalistes sont attachés aux journaux et ils font l’effort de rester plus ou moins présents, mais à la longue, cette situation peut engendrer un découragement ».
 
                                                                         Il y a urgence
 
Pour ce doyen de la presse privée, il y a urgence. Non seulement il n'y a plus de journaux papier, mais depuis cet automne, la quasi-totalité des télévisions privées ont été fermées pour défaut de paiement de redevance.

RFI

Mercredi 3 Janvier 2018 - 15:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter