Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Nouveaux barèmes des prestataires: l'OQSF réunit opérateurs et acteurs pour trouver une solution

L’Observatoire de la Qualité des Services Financiers (OQSF) a convié les opérateurs Orange Finance Mobile et WAVE, les prestataires du transfert d’argent (RENAPTA, ASATA) et les associations de consommateurs, à une réunion d’harmonisation et d’échanges, ce mardi 15 juin, en vue de trouver une solution de médiation et d’apaisement de la relation d’affaires entre les opérateurs visés et les prestataires du transfert d’argent. Mais malgré la rencontre, aucun consensus n’a été trouvé. Selon le secrétaire exécutif de l’OQSF, les négociations continuent afin d’avoir des solutions qui prendront en compte l’intérêt de tout le monde.



Une réunion d’harmonisation et d’échanges sur les nouveaux barèmes des frais de services de transfert a eu lieu ce mardi 15 juin. Ce à cause des complaintes reçues par l’Observatoire de la Qualité des Services Financiers (OQSF), de la part du Cadre permanent de concertation des prestataires du transfert d’argent regroupant les associations RENAPTA et ASATA.

Habib Ndao, secrétaire exécutif de l’OQSF affirme que les associations des consommateurs, les acteurs du transfert d’argent RENAPTA et ASETA et les opérateurs téléphoniques notamment Orange finance mobile et Wave distributeur de service mobile ont été réunis pour une concertation afin de trouver un consensus dans la fixation des tarifs de transferts.

« Comme vous le savez, il y a eu une modification des barèmes au niveau des opérateurs qui a eu une incidence sur la viabilité financière de l’environnement de l’ensemble des prestataires. C’est dans ce cadre qu’ils ont été appelés. Nous avons eu une discussion dans le but de proposer des pistes de solution. En tenant compte de la double préoccupation de l’Etat qui est la protection des consommateurs et la protection des usagers des services financiers. Mais aussi veiller à la viabilité financière de l’écosystème financier dans son ensemble », soutient M.Ndao.

Protéger la robustesse du système financier et en même temps veiller à ce que les intérêts des usagers des services financiers soient protégés, constitue les raisons pour lesquelles cette rencontre a été tenue. Une partie des acteurs s’est dite affectée par une baisse. Face à cette situation qui risque de compromettre leur viabilité financière, les intermédiaires et prestataires envisageraient de facturer les opérations de dépôts et retraits effectuées directement dans leurs points de service respectifs. Ce qui pourrait constituer un surcoût financier pour les usagers finaux de ces services.

« Nous sommes en train de faire les frais de la rude concurrence entre Wave et Orange »
Khalil Ndiaye, membre de RENAPTA salut pour sa part la réunion qui a permis de dérouler une stratégie de convocation pour pouvoir arriver à un terrain d’entente.
« Nous avons été entendus par les consuméristes. Nous voulons seulement les tranquilliser, car nous ne cherchons pas la guerre. Ce que nous voulons, c’est tout simplement assurer la survie d’un secteur qui utilise des milliers et des milliers de PME (Petites et moyennes entreprises). Ils sont des milliers à se réveiller chaque matin à se démener, mais aujourd’hui une situation est en train de faire émerger provenant de Wave et Oange finance mobile. Et nous sommes en train de faire les frais face à la rude concurrence de ces deux puissants opérateurs. Raison pour laquelle nous avons fait cette sortie pour amener l’Etat à nous aider pour installer des discussions avec orange finance mobile et Wave », explique Khalil Ndiaye.

D’après lui, des solutions seront trouvées, mais ça dépendra de la volonté de tout un chacun.

Les consommateurs ne doivent pas souffrir de la concurrence entre Wave et Orange, affirme l’Ascosen
Momar Ndao, président de l’Association des consommateurs du Sénégal (Ascosen) soutient que c’est pour harmoniser et échanger sur les nouveaux barèmes des frais de services de transfert, qu’ils ont saisi l’OQSF. « Ils (les prestataires du transfert d’argent) ont dit qu’ils ne gagnent plus leurs vies comme ils le faisaient avant parce que la guerre qu’il y a entre les deux opérateurs que sont Orange finance mobile Sénégal et Wave a fait qu’il y a une chute drastique des prix. Et qu’ils demandent à ce que l’Etat régule le marché pour qu'eux aussi continuent de gagner leur vie », défend Momar Ndao.

Continuant sur sa lancée, il soutient que « ce n’est pas aux consommateurs qu’ils doivent faire subir une guerre qui est interne à leur système ».

Ce qui a été retenu pendant les discussions, est que chaque opérateur, que ça soit Orange finance mobile service ou Wave, rencontre les acteurs du service de transfert d'argent pour discuter de manière détaillée afin de trouver un terrain d’entente qui leur permettrait prochainement de partager les résultats de ces négociations.

Par conséquent, selon Momar Ndao, cette semaine Wave va recevoir les acteurs du transfert d’argent la semaine prochaine, ce sera au tour d’Orange finance mobile. Pour la dernière étape, « nous allons revenir ici devant l’agence de régulation, c’est-à-dire devant l’OQSF pour voir les moyens de finaliser un accord qui permettrait de préserver les intérêts à la fois des consommateurs et l’existence et l’intérêt des distributeurs », affirme M.Ndao.

Les négociations continuent, promet le Secrétaire exécutif de l’OQSF Habib Ndao. « Nous allons faire un mémorandum où on va mettre l’ensemble des préoccupations des associations de consommateurs de RENAPTA de ASETA et des opérateurs que nous allons transmettre au ministère des Finances et du Budget et aux autorités monétaires pour trouver un appui, aide à la décision », assure-t-il.

Ndeye Fatou Touré

Mardi 15 Juin 2021 - 19:27


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter