Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Nouvelle fusillade dans l'Est de l'Ukraine



Quatre personnes ont été tuées ce dimanche lors d'une attaque dans l'est de l'Ukraine, près de la ville de Slaviansk. Moscou hausse le ton.
Nouvelle crainte d'escalade ce dimanche, suite à une attaque  qui a coûté la vie à trois militants pro-russes et un attaquant non identifié. L'assaut s'est produit près d'un barrage érigé par des séparatistes dans le village de Bilbasivka, à 18 kilomètres à l'ouest de Slaviansk, a annoncé Viatcheslav Ponomarev, maire autoproclamé de Slaviansk, ville totalement contrôlée par les séparatistes pro-russes.
Le ministre ukrainien de l'Intérieur Arsen Avakov s'est rendu dans l'est du pays pour inspecter les troupes de la Garde nationale déployées en réponse à l'insurrection séparatiste dans cette région russophone. Il fait état d'un mort et trois blessés, mais un photographe de l'AFP a vu deux corps de militants pro-russes déposés dans une camionnette, information confirmée par une équipe de Reuters présente sur place. "Quatre voitures sont arrivées près de notre barrage vers 1 heure du matin. Nous avons voulu les contrôler, ils ont alors ouvert le feu sur nous à l'arme automatique", a déclaré à l'AFP un militant pro-russe cagoulé, Vladimir, 20 ans. Selon lui, les attaquants étaient une vingtaine et ils sont partis quand des renforts pro-russes sont arrivés.
L'accord de Genève plus que jamais en péril
"La Russie est indignée par cette provocation qui témoigne du manque de bonne volonté de la part des autorités de Kiev pour désarmer les nationalistes et les extrémistes", a indiqué le ministère des Affaires étrangères attribuant la mort de "civils innocents" à Pravy Sektor, groupe nationaliste paramilitaire ukrainien. L'attaque n'a pas été revendiquée et le groupe d'extrême droite nie toute implication. Le ministère russe des Affaires étrangères russe y voint néenmoins le signe que les autorités ukrainiennes en place à Kiev n'avaient pas la "volonté de refréner et de désarmer les nationalistes et les extrémistes".  "La Russie insiste sur la stricte application par l'Ukraine des engagements qu'elle a pris pour apaiser la situation dans le sud-est de l'Ukraine".
Un médiateur de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) se trouvait dimanche à Donetsk, la plus grande ville de l'est de l'Ukraine, à une centaine de km au sud de Slaviansk, où il doit tenter de négocier la reddition des séparatistes pro-russes qui occupent des bâtiments publics depuis deux semaines et réclament un référendum d'autodétermination. "Pour l'instant, la volonté politique de se retirer est absente", reconnaissait samedi un membre de la mission de l'OSCE à Kiev, avant qu'il ne soit fait état de cette fusillade meurtrière.
A Slaviansk, des hommes en uniforme sans signes distinctifs, certains une kalachnikov en bandoulière, patrouillaient ce dimanche devant l'empilement de sacs de sable qui barre l'entrée de la mairie. Tout comme les rebelles de Donetsk, qui occupent l'administration régionale, ils rejettent  l'accord de Genève qui prévoit leur désarmement et l'évacuation des bâtiments publics.
- See more at: http://www.humanite.fr/nouvelle-fusillade-dans-lest-de-lukraine-521063#sthash.pbo4nvHB.dpuf

Quatre personnes ont été tuées ce dimanche lors d'une attaque dans l'est de l'Ukraine, près de la ville de Slaviansk. Moscou hausse le ton.
Nouvelle crainte d'escalade ce dimanche, suite à une attaque  qui a coûté la vie à trois militants pro-russes et un attaquant non identifié. L'assaut s'est produit près d'un barrage érigé par des séparatistes dans le village de Bilbasivka, à 18 kilomètres à l'ouest de Slaviansk, a annoncé Viatcheslav Ponomarev, maire autoproclamé de Slaviansk, ville totalement contrôlée par les séparatistes pro-russes.
Le ministre ukrainien de l'Intérieur Arsen Avakov s'est rendu dans l'est du pays pour inspecter les troupes de la Garde nationale déployées en réponse à l'insurrection séparatiste dans cette région russophone. Il fait état d'un mort et trois blessés, mais un photographe de l'AFP a vu deux corps de militants pro-russes déposés dans une camionnette, information confirmée par une équipe de Reuters présente sur place. "Quatre voitures sont arrivées près de notre barrage vers 1 heure du matin. Nous avons voulu les contrôler, ils ont alors ouvert le feu sur nous à l'arme automatique", a déclaré à l'AFP un militant pro-russe cagoulé, Vladimir, 20 ans. Selon lui, les attaquants étaient une vingtaine et ils sont partis quand des renforts pro-russes sont arrivés.
L'accord de Genève plus que jamais en péril
"La Russie est indignée par cette provocation qui témoigne du manque de bonne volonté de la part des autorités de Kiev pour désarmer les nationalistes et les extrémistes", a indiqué le ministère des Affaires étrangères attribuant la mort de "civils innocents" à Pravy Sektor, groupe nationaliste paramilitaire ukrainien. L'attaque n'a pas été revendiquée et le groupe d'extrême droite nie toute implication. Le ministère russe des Affaires étrangères russe y voint néenmoins le signe que les autorités ukrainiennes en place à Kiev n'avaient pas la "volonté de refréner et de désarmer les nationalistes et les extrémistes".  "La Russie insiste sur la stricte application par l'Ukraine des engagements qu'elle a pris pour apaiser la situation dans le sud-est de l'Ukraine".
Un médiateur de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) se trouvait dimanche à Donetsk, la plus grande ville de l'est de l'Ukraine, à une centaine de km au sud de Slaviansk, où il doit tenter de négocier la reddition des séparatistes pro-russes qui occupent des bâtiments publics depuis deux semaines et réclament un référendum d'autodétermination. "Pour l'instant, la volonté politique de se retirer est absente", reconnaissait samedi un membre de la mission de l'OSCE à Kiev, avant qu'il ne soit fait état de cette fusillade meurtrière.
A Slaviansk, des hommes en uniforme sans signes distinctifs, certains une kalachnikov en bandoulière, patrouillaient ce dimanche devant l'empilement de sacs de sable qui barre l'entrée de la mairie. Tout comme les rebelles de Donetsk, qui occupent l'administration régionale, ils rejettent  l'accord de Genève qui prévoit leur désarmement et l'évacuation des bâtiments publics.
- See more at: http://www.humanite.fr/nouvelle-fusillade-dans-lest-de-lukraine-521063#sthash.pbo4nvHB.dpuf

humanite.fr

Dimanche 20 Avril 2014 - 13:30