Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Nouvelle souche de coronavirus : neuf (9) questions pour comprendre ce qui se passe



Nouvelle souche de coronavirus : neuf (9) questions pour comprendre ce qui se passe
Des millions de personnes devront respecter des restrictions supplémentaires en raison de la nouvelle variante du covid-19 détectée au Royaume-Uni.

Les conseillers du gouvernement britannique en matière de nouvelles infections estiment que la nouvelle souche est plus contagieuse que les autres variantes.

Cependant, toutes les recherches sur la nouvelle variante en sont à leurs débuts et comportent de grandes incertitudes et une longue liste de questions sans réponse.

Comme nous l'avons déjà dit, les virus mutent tout le temps et il est vital de surveiller de près si leur comportement change.

 1) Pourquoi cette variante du virus est préoccupante ?

Trois choses pour attirer l'attention :

- La nouvelle souche remplace rapidement d'autres formes du virus.

- Elle présente des mutations qui semblent affecter une partie importante du virus.

- Il a déjà été démontré en laboratoire que certaines de ces mutations augmentent leur capacité à infecter des cellules.

 C'est pourquoi nous parlons d'un virus qui peut se propager plus facilement.

Cependant, nous n'avons pas de certitude absolue.

De nouvelles souches peuvent devenir plus courantes simplement du fait qu'elles sont au bon endroit au bon moment, comme dans le cas de Londres, qui n'a pas imposé de restrictions élevées jusqu'à récemment.

 "Des expériences de laboratoire sont nécessaires, mais voulez-vous attendre des semaines ou des mois [pour voir les résultats et prendre des mesures pour limiter la propagation] ? Probablement pas dans ces circonstances", indique le professeur Nick Loman du consortium Covid-19 Genomics UK.

2. A quelle vitesse se propage-t-elle ?

Elle a été détectée pour la première fois en septembre.

En novembre, environ un quart de personnes infectées à Londres avaient cette nouvelle variante. Et en décembre, elle représentait près des deux tiers des cas.

Les mathématiciens ont fait des projections pour tenter de calculer le danger que peut représenter cette souche.

Mais il est difficile de distinguer ce qui est attribué au comportement des gens et ce qui est dû au virus.

Le chiffre mentionné par le Premier ministre Boris Johnson est que la variante pourrait être jusqu'à 70% plus transmissible.

Ces 70 % ont été mentionnés vendredi par le Dr Erik Volz de l'Imperial College de Londres.

Au cours de l'entretien, il a dit qu'il est "trop tôt pour le dire, mais d'après ce que nous voyons jusqu'à présent, le virus se développe très rapidement. Il croît plus vite que la variante précédente et il est important d'être vigilant.

 3. Est-elle plus contagieuse ?

Il n'y a pas de chiffre "précis" sur le degré de contagiosité de la nouvelle souche.

Différents scientifiques, dont les travaux n'ont pas encore été publiés, indiquent des chiffres bien supérieurs et bien inférieurs à 70 %.

"Les éléments de preuve sont encore insuffisants pour permettre de se faire une opinion ferme sur la question de savoir si le virus a réellement augmenté la transmission", a déclaré le professeur Jonathan Ball, virologue à l'université de Nottingham.

4. Jusqu'où s'est-elle répandue ?

On pense que la variante est apparue chez un patient au Royaume-Uni ou a été importée d'un pays moins apte à contrôler les mutations du coronavirus.

Et on estime que la mutation est très concentrée à Londres, dans le sud-est et l'est de l'Angleterre. Les cas dans d'autres régions du Royaume-Uni ne semblent pas avoir augmenté.

Les données de Nextstrain, qui surveille les codes génétiques des échantillons viraux dans le monde entier, suggèrent que les cas au Danemark et en Australie proviennent du Royaume-Uni.

Les Pays-Bas ont également signalé des cas ayant la même origine.

Une variante similaire a été détectée en Afrique du Sud et partage certaines des mêmes variations, mais semble sans rapport.

5. Le virus a -t-il déjà muté avant cette variante ?

Oui.

Le virus qui a été détecté pour la première fois à Wuhan, en Chine, n'est pas le même que celui que l'on trouve aujourd'hui dans la plupart des pays du monde.

La mutation D614G est apparue en Europe en février et est devenue la version dominante du virus.
Un autre variante, appelé A222V, s'est répandue dans toute l'Europe et était lié aux vacances d'été en Espagne.

6. Que savons-nous des nouvelles mutations ?

Une première analyse de la nouvelle variante a été effectuée, identifiant 17 altérations potentiellement importantes.

Par exemple, il y a eu des changements dans la protéine de pointe, qui est la clé que le virus utilise pour ouvrir la porte aux cellules de notre corps et prendre le dessus.

La mutation appelée N501Y modifie la partie la plus importante de la protéine, connue sous le nom de "domaine de liaison au récepteur".

C'est là que le virus entre en contact avec la surface des cellules de notre corps. Tout changement qui facilite l'entrée du virus lui donnera probablement un avantage.

"Cela ressemble à une adaptation majeure", dit le professeur Loman.

Selon les études du professeur Ravi Gupta de l'université de Cambridge, il est possible que cette mutation augmente la capacité d'infecter dans les expériences de laboratoire.

Ses études suggèrent que la mutation rend les anticorps présents dans le sang des survivants de la maladie moins efficaces pour attaquer le virus.

Selon M. Gupta, la propagation "augmente rapidement".

"C'est ce qui inquiète le gouvernement. La plupart des scientifiques s'en préoccupent", ajoute-t-il.

7. D'où vient la nouvelle souche ?

La variante du coronavirus a muté de manière inhabituelle.

L'explication la plus probable est qu'il provenait d'un patient dont le système immunitaire était affaibli et qui ne pouvait pas combattre le virus.

Au lieu de cela, son corps est devenu un terrain propice à l'évolution du virus.

8) L'infection est-elle plus mortelle ?

Rien n'indique que ce soit le cas, mais il faudra surveiller la situation.

Cependant, le simple fait d'augmenter la transmission suffirait à causer des problèmes aux hôpitaux.

Si la nouvelle variante entraine l'infection d'un plus grand nombre de personnes plus rapidement, cela peut avoir comme résultat un plus grand nombre de personnes nécessitant un traitement hospitalier.

9. Les vaccins, fonctionneront-ils contre la nouvelle variante ?

Presque certainement, ou du moins pour l'instant.

Les trois vaccins les plus avancés développent une réponse immunitaire contre la protéine du virus.

Ce sont des doses qui entraînent le système immunitaire à attaquer différentes parties du virus, de sorte que même si une partie du virus a changé, les vaccins devraient toujours fonctionner.

"Mais si nous le laissons muter davantage, alors nous pouvons commencer à nous inquiéter", dit le professeur Gupta.

Il ajoute que ce virus est "potentiellement sur le point de sortir du cadre du vaccin".

"Il a fait quelques premiers pas dans cette direction", ajoutet-il.

L'inefficacité d'un vaccin se produit lorsque le virus change, de sorte qu'il esquive le plein effet de la dose et continue à infecter les gens.
C'est peut-être l'élément le plus inquiétant de ce qui se passe.

Cette variante montre que le virus continue de s'adapter à mesure qu'il infecte de plus en plus de personnes.

Le vendredi 18 décembre, le professeur David Robertson, de l'université de Glasgow, a conclu : "Le virus sera probablement capable de générer des mutations qui contournent le vaccin".

Cela nous mettrait dans une position similaire à celle de la grippe, où les vaccins doivent être régulièrement mis à jour.

Heureusement, les vaccins dont nous disposons sont faciles à modifier.

BBC

Mardi 22 Décembre 2020 - 15:22


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter