Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Profession : écailleuses de poissons



Au Sénégal, le métier d'écailleuses de poisson n'est pas seulement une affaire de femmes : des hommes font aussi ce travail qui comporte parfois des risques.

Il est 07 h 30 mn, nous sommes au marché de Ngor à Dakar, la capitale du Sénégal. Mère Mame Boye est déjà sur son lieu de travail.

Sur sa table se trouvent plusieurs types de couteaux et un instrument peu ordinaire pour une étable de vente de poisson : une brosse métallique qui a trouvé en ces lieux un autre usage.

Mame Boye est vendeuse et écailleuse de poisson comme plusieurs autres femmes à Dakar et sa banlieue.

Chaque jour, très tôt le matin, des femmes comme elles se rendent dans les marchés de poissons ou sur les plages pour s'adonner à leur activité. Certaines sont revendeuses de poissons mais la plupart d'entre elles sont vendeuses-écailleuses de poissons.

"Nous proposons plusieurs types de poissons et la particularité, c'est que nous nettoyons ces poissons tout propre pour nos clients", raconte-elle.

"On essaie de tenir nos ménages avec ce que nous gagnons grâce à l'activité autour du poisson", nous explique Mame Boye.

La mère de famille, la cinquantaine passée travaille toute seule. Elle vend puis elle écaille le poisson pour ses client(e)s, un travail qu'elle le fait depuis une dizaine d'années.

"J'achète le poisson avec Mame Boye qui s'occupe du nettoyage et ça me facilite la tâche. L'avantage avec elle, c'est que je ne débourse rien pour le nettoyage du poisson" souligne Sophie, une cliente de Mame Boye.

Adama est installée juste à côté de Mame Boye, depuis 20 ans elle fait ce métier. Contrairement à sa voisine, Adama travaille avec ses deux filles:

"On ne s'en sort plus vraiment avec cette activité d'écailleuses de poissons. Avant il y a avait beaucoup de bénéfice mais actuellement c'est saturé".

"Je vends le poisson et se sont mes filles qui s'occupent d'écailler", nous dit Adama.

bbc

Vendredi 29 Mars 2019 - 15:22



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >