Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



RDC - Une fillette tuée et 32 casques bleus blessés: «Nous ne ménagerons aucun effort", (Chef MONUSCO)



Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a condamné mardi soir l'attaque qui a visé ce jour des casques bleus de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (MONUSCO) à Goma.

Une fillette congolaise a trouvé la mort, alors que deux civils congolais et 32 casques bleus du bataillon indien de la MONUSCO ont été blessés, dont cinq grièvement, à la suite de l'explosion d'un engin explosif improvisé à Kyeshero, un quartier situé à l'ouest de la ville de Goma, dans la province du Nord-Kivu. Tous les soldats blessés, en plus des civils congolais, reçoivent des soins médicaux à Goma.

« Le Secrétaire général présente ses sincères condoléances à la famille du civil tué et au peuple congolais et souhaite prompt et plein rétablissement aux casques bleus et aux civils qui ont été blessés », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse. « Il appelle à une action rapide pour que les auteurs de cette attaque soient traduits en justice ».

Le Représentant spécial du Secrétaire général en RDC, Maman Sambo Sidikou a également présenté ses profondes condoléances à la famille éplorée et à l'ensemble de la population congolaise.

« Je tiens par ailleurs à assurer mon soutien et ma solidarité aux blessés et à tout le bataillon indien de la MONUSCO », a déclaré M. Sidikou dans un communiqué de presse. « La MONUSCO reste plus que jamais déterminé à poursuivre sa mission de protection des civils conformément à son mandat en appui au efforts du gouvernement de la RDC », a-t-il rappelé.

Lors de son point de presse mercredi, le porte-parole du Secrétaire général, a indiqué qu'une force de réaction rapide de la MONUSCO a été immédiatement envoyée sur les lieux et que la Mission de maintien de la paix a déployé une équipe d'enquête comprenant des experts en explosifs sur le lieu de l'incident afin de déterminer l'origine ainsi que la nature de l'engin explosif.

«Nous ne ménagerons aucun effort pour qu'avec le concours des autorités nationales, toute la lumière soit faite sur cet incident et que ses auteurs soient appréhendés et traduits en justice », a dit le chef de la MONUSCO.

M. Sidikou a exprimé ses remerciements tant à la MONUSCO qu'à la Police nationale congolaise pour leur intervention rapide et efficace qui a permis de quadriller le lieu de l'incident et d'éviter tout débordement.

un.org


Mercredi 9 Novembre 2016 - 11:59



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter