Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Ramaphosa dans le viseur de l’opposition sud-africaine



Ramaphosa dans le viseur de l’opposition sud-africaine
En Afrique du Sud, les principaux partis d'opposition demandent une enquête indépendante sur l'affaire des 36.000 dollars versés pour le financement de la campagne du président Cyril Ramaphosa alors qu'il briguait le poste de chef de l’ANC (Congrès national africain) l'année dernière.

La demande intervient à un moment où le nom du président est cité dans une affaire de financement occulte.

Ciryl Ramaphosa, qui promet d'extirper la corruption des mœurs des sud-africainsa déclaré aux parlementaires ce mois-ci que les 500.000 randspayéspar la sociétéAfrican Global Operationsétaient pour le travail de consultation effectué par son fils.

Vendredi, Ramaphosa a reveléqu'il avait par inadvertance induit en erreur le Parlement et que l'argent a été utilisé pour soutenir sa candidature dans la course à la direction de l'ANC qu'il a remporté de justesse en décembre dernier.

Nhlanhla Nene, proche allié de Ramaphosa, financier du partia démissionnéen octobre, après avoir admis avoir menti sur le nombre de fois qu'il avait rencontré les frères Gupta, amis de l'ancien président Jacob Zuma qui ont été impliqués dans un scandale de trafic d'influence, mais qui nient avoir commis des actes répréhensibles.

Le chef du parti de l'Alliance démocratique, Mmusi Maimane, a déclaré qu'il ne devrait pas y avoir une politique de"deux poids, deux mesures" par rapport au finacement de la campagne de Ramaphosa's.

Il souhaite que le président sud-africain nomme une commission d'enquête dirigée par un juge à la retraite choisi par la haute juridiction du pays.

Selon lui, si Ramaphosa a initié des enquêtes indépendantessur la corruption ailleurs, la même norme doit s'appliquer à lui et à sa famille.

La porte-parole de Ramaphosa, Khusela Diko, n'a pas voulu répondre à la question de savoir si le président mettra en place la commission d'enquête demandée par Maimane.

Et ni les porte-paroles de l'African Global Operations et ni ceux de l'ANC n'ont voulu répondre aux questions des médias.

bbc.com

Mardi 20 Novembre 2018 - 10:44



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 12 Décembre 2018 - 15:27 Un pacte politique au Nigeria sans Atiku