Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Rwanda: le conseil d'Etat autorise un chercheur à accéder aux archives de F. Mitterrand



Rwanda: le conseil d'Etat autorise un chercheur à accéder aux archives de F. Mitterrand
En France, le conseil d’État a autorisé vendredi 2 juin un chercheur à consulter les archives de l’ancien président François Mitterrand sur le Rwanda.

La France est régulièrement pointée du doigt pour son rôle controversé durant le génocide des Tustis en 1994.

La plus haute juridiction administrative française a estimé que ce chercheur, François Graner, avait « un intérêt légitime à consulter ces archives pour nourrir ses recherches historiques et éclairer ainsi le débat sur une question d'intérêt public ».

Les archives Mitterrand sont couvertes par un protocole qui ne prévoit leur ouverture générale au public qu’en 2055.

Mais le conseil d’État a donc ordonné au ministère français de la Culture d’ouvrir, dans les trois mois, l'accès à ces archives à ce chercheur.

Une décision saluée par François Graner, directeur de recherches au CNRS et auteur de plusieurs ouvrages sur le génocide des Tutsis au Rwanda, joint au téléphone par Pierre Firtion, du service Afrique de RFI.

« C’est une très, très bonne nouvelle. Après cinq ans de procédures, le Conseil d’Etat termine définitivement cette procédure, en reprenant tous nos arguments à son compte. Il dit effectivement qu’on est complètement légitimes pour participer au débat public, pour avoir accès aux archives, pour savoir ce qu’ont fait des gouvernants en notre nom.

Et donc c’est une décision de fond qui est très importante, à la fois pour la consultation de ces archives-là, qui va m’être autorisée sous trois mois, et plus généralement, pour tout le débat sur le rôle de la France au Rwanda et même pour les débats en général qui concernent les citoyens et l’accès aux archives.

On espère que cette décision fera vraiment jurisprudence sur le fond, pour faire évoluer beaucoup de choses. Dans l’immédiat, cela devrait me permettre d’avoir accès à un vrai fonds assez complet d’archives, qui me permettent de faire du travail d’historien, serein et en profondeur ».

Rfi

Samedi 13 Juin 2020 - 14:29



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter