Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Talla Sylla répond au Rapport 2016 de l'IGE: «Ces enquêteurs ne peuvent pas m’enlever la compétence d’appuyer les citoyens thiessois nécessiteux»

​« Les enquêteurs de l’Inspection générale d’Etat (IGE) ne peuvent pas m’empêcher de venir au chevet des pauvres, ni m’enlever la compétence d’appuyer, avec l’aide aux indigents, une certaine couche de citoyens thiessois, ce n’est pas possible ». C’est ce qu’a déclaré le maire de la Ville de Thiès, Talla Sylla, au cours d’un point de presse tenu ce mardi 14 juillet 2020. Ce après que l’IGE l’a épinglé pour sa gestion, dans son rapport 2016.



Talla Sylla répond au Rapport 2016 de l'IGE: «Ces enquêteurs ne peuvent pas m’enlever la compétence d’appuyer les citoyens thiessois nécessiteux»
Le rapport 2016 de l’Inspection générale d’Etat (IGE) reproche à l’équipe du maire de la Ville de Thiès, Talla Sylla, d’« avoir prévu et exécuté certaines activités dans le budget 2015 de la Ville de Thiès, alors qu’elles ne relèvent plus du domaine de compétence des Villes ». Le document remis au chef de l’Etat ce lundi 13 juillet 2020 relève ainsi que « des fournitures scolaires acquises pour 19,5 millions de FCFA, or l’acquisition de fournitures scolaires ne figure pas parmi les attributions de la Ville ». Le rapport cible aussi des « secours alloués aux indigents, pour un montant de 16 millions de FCFA », alors que « cette catégorie de dépenses est du ressort des communes ».

Les enquêteurs, disent avoir constaté « beaucoup d’anomalies et d’incongruités, dans la mesure où beaucoup d’activités  ne  devant  plus  relever  du  domaine de compétence de la mairie de Ville ont été notées ». Des activités qui, selon les limiers de François Collin, « devraient être gérées par les communes d’arrondissement sises à Thiès». Face à ces accusations, l’édile de la Ville de Thiès a tenu à donner sa « version des faits ». Talla Sylla s’est d’abord offusqué de « la manière dont on se sert au Sénégal des institutions pour s’attaquer aux adversaires ou  futurs  adversaires  politiques ». Après quoi, reprenant un ton offensif, il a martelé que « Tout ce qui est dit dans le rapport ne va, en aucun cas, m’empêcher de voler au secours des populations de la ville qui sont dans  le  besoin.  Soutenir  les  Thiessois  est mon droit le plus absolu. Et je ne suis pas prêt d’arrêter en si bon chemin. »

Il s’est dit interpellé par le fait que « ce rapport n’a pas été déclassifié. Le rapport de l’Ige est secret. Il est même plus que confidentiel. On ne peut pas en divulguer tout ou une partie. Même si l’Ige se déplace et remet officiellement ses rapports au président de la République, ces rapports  ne  peuvent  pas  être  dans  le  domaine public tant qu’ils ne sont pas déclassifiés ». Le maire Talla Sylla retient que « ça pose un autre problème puisqu’il faut parler de gestion, de démarche, d’améliorer les relations entre institutions. Parce que quand nous parlons de Constitution, nous parlons de relations entre les institutions, entre les institutions  et  les  citoyens  eux-mêmes  ».

Selon Talla Sylla, « le rapport, quand il est secret, s’impose d’abord à ceux qui sont des dirigeants dans ce pays ». Sur la question des « anomalies et incongruités » que l’Ige dit avoir constatées dans la gestion de la mairie de Ville de Thiès, l’édile de la cité du Rail soutient que « ces éléments ne représentent rien, comparés à ceux qui se trouvent dans le rapport concernant la gestion de nos prédécesseurs ». Et de se demander : « comment comprendre que des gens n’aient choisi que ça dans le rapport pour le publier » ? Avant de répondre : « ce sont là des dysfonctionnements », parce qu’à ses yeux, « il y a deux problèmes : ‘’celui légal et l’autre moral’’ ». Selon l’animateur du point de presse « la mission de l’Ige qui s’intéresse à la gestion des institutions est un acte légal ». 

Une volonté de nuire aux hommes politiques
Mais pour l’autre « problème moral », le maire Sylla soupçonne une  volonté  de nuire à des hommes politiques. A l’en croire, « quand on est à côté du président de la République, on a l’obligation de comprendre sa mission, ses orientations, ses engagements en  faveur  de  ce  pays  et  de  respecter  ses orientations-là. Je pense qu’on ne peut pas se  servir  des  institutions  pour  essayer  de s’attaquer à des adversaires politiques ou à de futurs adversaires politiques. Je ne suis l’adversaire politique de personne. Je suis au service exclusif de mes administrés, et au-delà des citoyens du pays. Je ne suis engagé dans  aucun  autre  combat  que  celui  qui concerne  les  citoyens  sénégalais,  notamment en cette période de pandémie de coronavirus où nous avons besoin de renforcer les  synergies,  les  dynamiques  unitaires  et communautaires,  pour  nous  renforcer  et aller  dans  le  sens  de  réussir  ce  combat contre la Covid-19. Je ne suis engagé que dans ce combat. Je ne suis l’adversaire de personne dans ce cadre-là ».

En tout état de cause, Talla Sylla ne compte «  reculer  d’un  iota  dans  ma  démarche d’aider les citoyens thiessois, dans mon engagement devant aller dans le sens du développement économique et social ». Il dit ne point comprendre « la décision de l’IGE, selon laquelle ‘’une mairie ne peut pas faire du social». Et de poursuivre : « les enquêteurs restent devoir nous convaincre que la mairie de Thiès ville ne doit pas soutenir les étudiants, élèves,  les indigents, entre autres ». Aussi, pour résoudre une telle « incohérence », le maire de Thiès de proposer : « il va falloir, dans le cadre de l’évaluation de l’acte III de la Décentralisation, faire évoluer les choses en se retrouvant autour d’une table pour discuter et réfléchir sur ledit Acte qui doit être enrichi ». 

Le Témoin

AYOBA FAYE

Mercredi 15 Juillet 2020 - 13:26



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter