Togo: les manifestations dispersées à Lomé

Au Togo, les manifestations sont interdites les jours de semaine, mais l'opposition a décidé de maintenir son appel à la mobilisation ce mercredi 18 octobre. Depuis des semaines, elle fait pression pour demander des réformes en profondeur de la Constitution et l'impossibilité pour le président Gnassingbé de se représenter. A Lomé, les tentatives de rassemblement ont été dispersées dans la matinée, mais l’opposition n'abandonne pas.



Ce mercredi matin à Lomé, aucun rassemblement n’a pu se faire aux deux principaux points de rendez-vous. L’un d’eux est depuis ce mercredi matin assiégé par des individus cagoulés, des bâtons à la main. Ils sont hostiles à la marche et disent protéger les institutions. D’autres, à bord de pick-up sans plaque d’immatriculation, circulent à vive allure dans les quartiers où ils menacent et empêchent les attroupements.

A l’autre bout de la ville, au quartier Bè, les manifestants tentent de résister. Ils posent des barricades, brûlent des pneus, alors qu’ils sont chargés à coups de gaz lacrymogène. Les élèves qui étaient en classe sont tous retournés à la maison. La plupart des boutiques n’ont pas ouvert. Ce mercredi, Lomé a l’air d’une ville morte.

Il y aurait eu plusieurs interpellations dans la ville. « On ne nous fera pas taire, assure pourtant Brigitte Adjamagbo-Johnson, la présidente du Combat pour l'alternance politique en 2015 (CAP 2015). Nous maintenons le mot d’ordre toute la journée et nous nous préparons pour demain. »  

Rfi.fr

Mercredi 18 Octobre 2017 - 19:24



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter