Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Une délégation du Cnared à Bujumbura pour préparer le retour d'opposants en exil



Au Burundi, une délégation conduite par le secrétaire exécutif du Cnared, plateforme qui regroupe les opposants en exil se trouve à Bujumbura depuis le 5 octobre pour préparer le retour de ses collègues.

Le Burundi s'achemine-t-il vers le retour d'une partie des opposants burundais en exil regroupés au sein du Cnared après l'échec de la médiation régionale pour une sortie de crise dans ce pays ? Une délégation conduite par le secrétaire exécutif du Cnared et président d’un petit parti, le Conseil des patriotes (CDP), Anicet Niyonkuru, se trouve à Bujumbura depuis le 5 octobre.

Après avoir rencontré le ministre burundais de l'Intérieur, il a annoncé le 6 octobre être présent pour « préparer le retour » des leaders d'opposition en exil. La délégation va rester jusqu'au jeudi 10 octobre au plus tard pour discuter, selon nos sources, des derniers réglages en vue d'arriver à un mémorandum d'entente entre les deux parties.

Discussions secrètes

Il s'agit de l'aboutissement de plusieurs mois de discussions secrètesentre le pouvoir du président Pierre Nkurunziza et ce qui reste du Cnared après le départ de plusieurs de ses ténors en vue de sa participation aux élections de 2020. Les premiers contacts secrets ont eu lieu en Europe il y a plus d'un an. Mais il a fallu d'abord que le Cnared vole en éclats et que tous les leaders de l'opposition burundaise accusés d'être « intransigeants » quittent le navire pour voir ce processus de rapprochement s'accélérer.

Le Cnared dirigé par Jean Minani a fait le premier pas en juin de cette année, en annonçant être prêt à participer aux élections de 2020. Fin août, une délégation de cette plateforme a discuté pendant deux jours à Nairobi avec l'intermédiaire burundais, Édouard Nduwimana, un proche du président Pierre Nkurunziza sur des questions telles que la levée des mandats d'arrêt, retour d'exil des leaders d'opposition ou encore ouverture de l'espace politique.

Les deux parties seraient alors parvenues à un pré-accord qui n'attendait plus que le feu vert de Gitega, selon des sources concordantes. Mais l'information va fuiter dans la presse locale. Les durs du régime se rebiffent, le gouvernement prend ses distances et l'intermédiaire est obligé de sortir un communiqué dans lequel il assure avoir agi de sa propre initiative.

Rfi

Lundi 7 Octobre 2019 - 18:40



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter