Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Une monnaie de l'ère coloniale est-elle le moteur de la migration vers l'Europe ?



Une monnaie de l'ère coloniale est-elle le moteur de la migration vers l'Europe ?
Reality Check revient sur la dernière polémique sur le franc CFA soulevée par Luigi Di Maio, vice-premier ministre italien. Un doc de Christopher Giles et Jack Goodman traduit par SUY Kahofi.

Luigi Di Maio, vice-premier ministre italien et leader du mouvement populiste Cinq Etoiles, a reproché à la France d'appauvrir l'Afrique et d'encourager la migration en Europe.

Il a accusé le gouvernement français de manipuler les économies des anciennes colonies françaises en Afrique à travers le franc CFA.

"La France est l'un de ces pays qui, en émettant une monnaie pour 14 pays africains, empêche leur développement économique et contribue au fait que les réfugiés partent de leurs pays et meurent ensuite en mer ou arrivent sur nos côtes", a déclaré M. Di Maio.
Qu'est-ce que le franc CFA et nuit-il aux pays africains ?

Où la monnaie est-elle utilisée ?

 

Une monnaie de l'ère coloniale est-elle le moteur de la migration vers l'Europe ?
"Deux" franc CFA
Le CFA est en fait utilisé dans deux zones monétaires distinctes dont la cartographie dans le paysage africain remonte à 1945.

Huit des pays utilisateurs du franc CFA forment l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et six autres font partie de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC).
Depuis 1999, le franc CFA (dans les deux zones) est arrimé à l'euro, avec le soutien financier du Trésor français.

La monnaie elle-même, comme le dit à juste titre M. Di Maio, est émise par la France - mais la valeur à injecter sur les marchés est décidée par les banques centrales des deux zones.

Un fonctionnaire français siège au conseil d'administration des deux banques centrales, ce qui suggère que la France conserve au moins une certaine influence sur le processus décisionnel.

Paris soutient que le maintien ou non d'un pays dans la zone CFA est du ressort de la souveraineté de chaque pays : c'est aussi le point de vue de la majorité des présidents africains dont les pays utilisent la monnaie.

Cependant depuis 1960, de nombreuses voix sur le continent et en dehors soutiennent que le franc CFA est l'outil par lequel la France s'assure un accès privilégié aux ressources des pays qui utilisent cette monnaie.

Un "arrangement" monétaire qui semble plus bénéfique à la France qu'aux pays africains.

"La France a accepté d'accorder l'indépendance à ses colonies d'Afrique subsaharienne" indique l'économiste sénégalais Ndongo Samba Sylla, "à condition qu'elles acceptent d'utiliser le franc CFA et que [la France conserve] un monopole sur leurs matières premières".

Et les entreprises françaises sont aujourd'hui encore très présentes dans les zones monétaires CFA.

Une corrélation avec la migration ?
La plupart des flux migratoires en méditerranée ne proviennent pas des 14 pays qui utilisent le franc CFA, dont 12 sont d'anciennes colonies françaises.

En 2018, la Guinée et le Maroc ont été respectivement les deux pays africains d'où sont venus le plus grand nombre de migrants.

Notons que ces deux pays, anciennes colonies françaises, n'utilisent pas le franc CFA.

La Côte d'Ivoire et le Mali sont les seuls pays d'origine des migrants où l'on utilise le franc CFA et qui ont contribué de manière significative à la migration irrégulière à travers la Méditerranée.

14,4% du total des migrants en 2018 venaient de ces deux pays.

 L'utilisation du franc CFA est très controversée, certains estimant qu'elle s'accompagne d'une "taxe coloniale française".

Mais la France ne taxe pas les pays africains pour l'utilisation de la monnaie. Elle impose toutefois aux pays de conserver 50 % de l'ensemble des réserves de change auprès du Trésor français, à la Banque de France, dans un "compte opérationnel".

Les pays africains peuvent accéder à l'argent du Trésor français quand ils le souhaitent.

bbc

Vendredi 25 Janvier 2019 - 16:06



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter