Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Violence électorale à Rufisque : Le garde du corps du ministre Oumar Gueye dégaine un pistolet à visage découvert et...

La violence a pris d’autres proportions ce mardi à Rufisque. De très violentes échauffourées ont eu lieu entre la caravane du ministre Oumar Gueye de Benno Bokk Yakaar et celle de la tête de liste de la coalition Manko Taxawu Senegaal, Dr Oumar Cissé.



Le garde du corps du ministre Oumar Gueye se fiche totalement des conséquences que peuvent engendrer son vilain geste. A visage découvert, il a dégainé son arme à feu devant les cameramen et les photographes, lors de la vive bagarre entre son camp et celui de Manko Taxawu Senegaal. Il se dit certainement que le ministre qui l’a recruté pour assurer sa sécurité va couvrir sa barbarie.

Retour sur les faits
Les  gardes de corps du ministre ont dispersé la caravane du candidat de Manko à coups de machettes et d’armes à feu, au moment où le Dr Cissé et le député Thierno Bocoum distribuaient des spécimens de bulletins de vote. L’appel au calme du gérant de la sonorisation de la caravane de Manko Taxawu Senegaal n’y fera rien. Les agents de sécurité des deux camps se regardaient déjà en chiens faïence.
Il y a d’abord eu des échanges de jets de pierres entre des jeunes de Manko et la sécurité du ministre Oumar Gueye, armée de machettes, de gourdins, d’armes à feu et de teasers . Un des gardes du corps du ministre a dégainé son pistolet devant les caméras de la presse (du vrai je m’enfoutisme) qui ne se sont pas privées pour immortaliser le scandale. Un autre a brandi sa machette pour décoller les affiches de Khalifa Sall de l’un des véhicules de la caravane du Dr Cissé. Un des militants de Manko a été agressé par un garde du corps du ministre avec une machette et blessé à l’avant-bras.
Ces vilains faits viennent allonger la liste de ceux impunis... Et la violence continue d'être le seul argument des candidats à la députation pour les élections du 30 juillet.
 



AYOBA FAYE

Mercredi 19 Juillet 2017 - 10:19



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter