Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Vol à l'arrachée d'un sac contenant 163 millions Fcfa: Cheikh Ndiaye en cavale en Europe, ses co-accusés encourent 15 ans de travaux forcés

Les nommés Doudou Ndoye, Harouna Amadou Sow et Pape Mor Ndité ont comparu hier à l’audience de la chambre criminelle du tribunal de grande instance (Tgi) de Dakar. Ils ré- pondaient des faits d’association de malfaiteurs, de vol en réunion commis avec usage de locomotion, recel de malfaiteurs et évasion. Le parquet a requis 13 ans contre Pape Mor Ndité et 15 ans contre Doudou Ndoye et Harouna Amadou Sow.



Les faits pour lesquels les accusés ont comparu hier à l’audience de la Chambre criminelle remontent à la date du 23 mai 2015. Ce jour-là, aux environs de 18 heures, après avoir saboté la moto du cambiste, les malfaiteurs ont arraché son sac à la sortie d’une banque située à côté du ministère de l’Intérieur. Le même jour, les assaillants ont procédé au partage du butin  montant à 250.000 euros sur la plage de Anse Bernard. Doudou Ndoye, le conducteur de la moto lors du vol, s’est rendu le lendemain à la Médina chez un cambiste pour faire le change de 13 millions de francs.

Ayant eu écho de l’agression d’un de ses collègues et surtout devant l’importante somme d’argent en euros que détenait l’individu, le cambiste Djiby Sy a informé la police. Sur les lieux, le mis en cause a conduit les éléments enquêteurs chez sa nièce qui lui gardait un sac présenté comme contenant des habits sales. Les enquêteurs ont trouvé 59 millions dans le sac. Entendu, il dénonce ses complices.

Cheikh Ndiaye, appelé par son ami pour le retrouver au rond-point Castors, prend la fuite dans un taxi avant de rallier la Mauritanie, le Maroc et enfin l’Europe où il se trouve présentement. Lors de leur cavale en Mauritanie, Cheikh Ndiaye et Amadou Sow s’étaient réfugiés plus de deux semaines chez le fugitif Pape Mor Ndité qui s’était évadé du pavillon spécial de l’hôpital Le Dantec en 2014.
L’enseignant en informatique se cachait en Mauritanie avec une carte d’identité et un passeport maliens obtenu lors d’un séjour au Mali dans le cadre de son travail de consultant pour bureau d’études. Trouvé dans une chambre en train de compter des coupures d’euros, il a été interpellé sur l’origine de l’argent (…) Harouna était revenu à Dakar pour chercher son passeport. Informé que la police est à ses trousses, il avait pris la fuite pour Tambacounda où il a été appréhendé.

D’après la partie civile, les malfaiteurs ont été informés que les cambistes allaient retirer de l’argent à la banque. « D’après leur modus operandi, c’est un vol très bien fait et prémédité sur des innocents. Les accusés, tous des repris de justice, n’ont pas de regret ni de remords d’avoir perpétré un acte de vol criminel au vu de leurs dénégations à la barre de la chambre criminelle », a déploré Me Basse.

La partie civile réclame 300 millions de dommages et intérêts. Le ministère public a requis une peine de trois ans pour évasion et 13 ans pour recel de malfaiteurs contre Pape Mor Ndité. Il a requis 15 ans de travaux forcés contre Doudou Ndoye et Harouna Amadou Sow pour vol et complicité de vol en réunion avec usage de moyen de locomotion.

Quant aux conseils de la défense, ils ont plaidé l’acquittement de leurs clients au bénéfice du doute. Selon Me Abdoul Dialy Kane, la loi punit l’évasion avec violence. Son client Pape Mor Ndité a profité de la défaillance du système de surveillance pour partir et il n’a pu quitter l’enceinte de la prison. « On ne peut interdire à un homme d’aspirer à la liberté. C’est impossible qu’un fugitif qui a changé d’identité puisse dénoncer des malfaiteurs. Les faits se sont passés en Mauritanie et le Code pénal sénégalais est valable au Sénégal et non en Mauritanie et on ne peut pas dénoncer des compatriotes sans apporter de preuves » a plaidé Me Kane.
La Chambre criminelle a mis l’affaire en délibéré pour le 18 février prochain.

AYOBA FAYE

Mercredi 5 Février 2020 - 10:39



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter