Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Vous avez dit inégalité ? La chronique de KACCOR de ce mercredi



Vous avez dit inégalité ? La chronique de KACCOR de ce mercredi
C’est une directive du Chef. Hic et nunc, ça se fera ! Que ça plaise ou non. Quand il décide, il faut y aller sans réfléchir. Comme un soldat debout. Il veut corriger les inégalités sociales. Mon œil ! Et surtout, ne perturbez pas ses vacances. Son peuple a sa nostalgie si bien que les oisifs errants des réseaux sociaux ont lancé un avis de recherche en demandant ce qu’est devenu leur Chef.

En ces moments si critiques de la vie de la Nation avec une trentaine de morts de la Covid -19 en une seule journée, personne n’a entendu sa voix pour compatir. Tant pis ! En voulant donc corriger des inégalités, ils mettront sur la table dix milliards de francs CFA chaque année pendant trois ans.

Pendant qu’ils habillent les apprenants, l’école, elle, est complètement nue. Vous connaissez celle de Paille d’arachide 1 dans le populeux quartier de la Gueule Tapée ? Il est arrivé une année où enseignants et parents d’élèves la fuyaient comme la peste. Pour cause, elle était dans un état de délabrement tel que l’on craignait qu’elle s’affaisse. Faites y un tour aujourd’hui. C’est un bijou dont la réhabilitation porte la signature de l’ancien international de football Cheikh Seck. Ce, en plus de son équipement.

Une partie de l’école sénégalaise est à l’image de celle de Paille d’arachide 1 avant sa réhabilitation. Des toilettes insalubres — là où il y a des toilettes bien sûr car des milliers d’écoles n’en ont pas —, des murs dans une hideuse décrépitude si bien qu’il n’est pas rare que des bonnes volontés interviennent et y aillent de leur poche pour les rendre présentables.

A l’intérieur du pays, c’est pire avec des établissements qui datent de l’époque coloniale. Des vestiges ! On ne parle pas bien entendu de ces abris provisoires faits de pailles dans lesquels les apprenants cohabitent avec des bestioles. Ne parlons pas du déficit en matériels didactiques. Une véritable indigence. Ce qui fait que mobiliser chaque année dix milliards pendant trois ans pour la confection de tenues scolaires, nous parait aberrant. Rendre d’abord à l’école ses habits avant d’habiller les apprenants. Là, se trouve la priorité !

KACCOR, Le Témoin

AYOBA FAYE

Mercredi 11 Août 2021 - 10:52


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter