PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




Affaire Khalifa Sall: Macky dans le piège de la caisse ?

Caisse d’avance ou fonds politique? Difficile à dire. Un flou artistique entoure cette rubrique de la nomenclature budgétaire des collectivités locales. Même si, il y a une loi qui encadre et organise l’utilisation, son fonctionnement reste diffus et prête à équivoque. Si aujourd’hui, le maire de Dakar Khalifa Ababacar Sall est incarcéré pour les délits de «détournement de deniers publics, association de malfaiteurs, blanchiment de capitaux…», d’autres pourraient l’être dans un avenir proche ou lointain. Macky Sall a ainsi ouvert la boite de pandore. Il expose ses affidés notamment ses proches qui sont en plein cœur du pouvoir politique.



Affaire Khalifa Sall: Macky dans le piège de la caisse ?
En effet, Khalifa Sall n’est pas la seule personnalité à disposer d’une caisse similaire. Qu’importe les appellations. Les ministres, directeurs généraux, présidents d’institutions, députés et autres entretiennent la clientèle politique, battent campagne grâce à des fonds dont l’origine est souvent occulte et laisse perplexe ou pantois beaucoup de simples citoyens.
                 
Caisse d’avance, ou fonds politiques ? Quelle que soit l’appellation, toute autorité peut se retrouver dans la nasse aujourd’hui ou demain. Cela est d’autant plus vrai que de plus en plus, on parle de transparence et de bonne gouvernance dans la gestion des deniers publics. La redevabilité est devenue le maître mot des démocraties. Les membres de la coalition présidentielle, Benno Bokk Yaakaar qui jubilent aujourd’hui pourraient avoir le sommeil troublé par la Justice avec l’avènement d’une nouvelle alternance politique au Sénégal.
 
 Le coup du sort politique pour un “Khalifa”

Mais, par-delà ces remous que pourrait secréter cette affaire dans un futur plus ou moins lointain, le présent devrait inquiéter au plus haut point le chef de l’Etat.  
 
En effet, cette incarcération du maire de Dakar sonne comme une cabale politique. Ce débat entretenu et même étayé par une ponte du pouvoir en l’occurrence Mbaye Ndiaye est très dangereux pour Macky Sall. Aujourd’hui, le leader de l’APR a requinqué l’opposition. Il lui a donné plus d’entrain surtout en maximisant ses chances pour une liste unique.
 
Le motif de l’emprisonnement est peu perçu et l’opinion de manière générale retiendrait que le président de la République a fait arrêter un opposant gênant qui l’a battu plusieurs fois dans la capitale. “Il cherche par conséquence à le réduire au silence ou amoindrir ses forces en perspectives des législatives du 30 juillet”.

Cette perception assez large est appuyée, ravivée par les sorties des affidés de Khalifa Sall qui se perdent aussi dans l’appellation à souhait “caisse d’avance ou fonds politiques”.

Les partisans de Khalifa sont ainsi dans le même sillage que Karim Wade. D’où un rapprochement spectaculaire de ces deux victimes du pouvoir de Macky Sall. Le Sénégal risque de vivre le même scénario que sous Diouf et Wade. Où des alliés, proches où opposants ont fait vaciller le pouvoir après des persécutions dénoncées sur tous les toits par les citoyens et membres de la société civile. Djibo KA a été le premier à bénéficier de cet élan de sympathie avant d’être suivi par Moustapha Niasse et après Idrissa Seck. Dernièrement, c’est Macky Sall qui a été houspillé, vilipendé et presque séquestré qui s’est tellement bien positionné lors de la présentielle de 2012 jusqu’à prendre le pouvoir au second tour.
 
Cet épisode est si frais dans les mémoires que cela fout la frousse aux ténors du régime qui acculent le président de la République estimant que c’est une erreur politique qu’il fallait éviter. Toutefois, les faucons sont d’avis que le vin est tiré et qu’il faut le boire entièrement.
Par conséquent, Macky Sall pourra-t-il se tirer de ce piège à la caisse ?

Ousmane Demba Kane

Vendredi 24 Mars 2017 - 17:53



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter