Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Affaire Litvinenko : Poutine a « probablement approuvé » l’assassinat de l’opposant russe



Affaire Litvinenko : Poutine a « probablement approuvé » l’assassinat de l’opposant russe

Près de dix ans après que l’ancien espion russe Alexandre Litvinenko a bu une tasse de thé vert empoisonné dans un bar du centre de Londres, un rapport d’enquête sur sa mort été rendu public, jeudi 21 janvier à Londres : il renforce l’hypothèse d’un assassinat commandité par le président russe, Vladimir Poutine.

« Les Russes Andreï Lougovoï et Dmitri Kovtoun [un ancien agent du KGB et un homme d’affaires] ont bien empoisonné Litvinenko au polonium, affirme le rapport du juge britannique Robert Owen.L’opération du FSB [nouveau nom du KGB] a probablement été approuvée par M. Patrouchev [Nikolaï Patrouchev, ex-chef du FSB] et par le président Poutine ». Une mise en cause directe de Moscou qui risque de raviver les tensions entre Londres et le Kremlin.

Le Kremlin « pas intéressé »

Alexandre Litvinenko est mort le 23 novembre 2006, à l’âge de 43 ans, dans un hôpital londonien après avoir été empoisonné au polonium-210, une substance radioactive extrêmement toxique et quasiment indétectable. La photo prise sur son lit de mort, sur laquelle il apparaît chauve et décharné, a fait le tour du monde.

Une première enquête judiciaire s’était penchée sur la possible implication du Kremlin dans la mort de Litvinenko. Elle avait toutefois été bloquée suite au refus de Moscou d’extrader Dmitri Kovtoun et Andreï Lougovoï, qui accompagnaient Alexandre Litvinenko dans le bar où il a été empoisonné, en 2006.

Pour l’enquête publique qui a pris le relais, et dont les conclusions viennent d’être rendues, Robert Owen a eu accès à des documents confidentiels du gouvernement britannique et des services secrets. Celle-ci ne peut toutefois qu’établir des faits sans prononcer de condamnations.

>Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, avait indiqué que Moscou n’était « pas intéressé » par les conclusions de l’enquête britannique. 



Source: lemonde.fr



Jeudi 21 Janvier 2016 - 13:56