Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Attentat en Isère: l'exécutif s'emploie à rassurer les Français

Un nouveau conseil restreint de défense s'est tenu ce samedi matin à l'Elysée autour de François Hollande, pour faire le point sur les dispositifs de sécurité renforcés après l'attentat de vendredi en Isère, mais aussi pour répondre aux critiques de l'opposition. L'unité nationale vécue après le 11-janvier n'est plus d'actualité.



A l’issue d'une réunion de près d’une heure et demie, aucune annonce, si ce n’est celle-ci : le gouvernement est mobilisé pour assurer la sécurité des Français.

Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, l’a martelé : « Nous n’avons cessé d’agir, l’action du gouvernement est résolue, nous agissons sans trêve ni pause (...) Je veux rappeler que des milliers de policiers, de gendarmes, de militaires, dans le cadre du plan Vigipirate renforcé dans la région Rhône-Alpes, assurent par des gardes statiques et des patrouilles dynamiques, la protection des lieux les plus sensibles. Ce dispositif en région Rhône-Alpes est renforcé par la décision prise hier par le président de la République, et nous avons mis en place des gardes dynamiques autour des sites Seveso et en lien avec les industriels, rappelé les règles qui s’appliquent en la matière pour assurer la prévention de risques concernant ces sites ».

Une manière de répondre aux nombreuses critiques formulées par l’opposition depuis hier vendredi. Nicolas Sarkozy notamment, qui a, à demi-mot, accusé le gouvernement de ne pas avoir su prévenir ce nouvel attentat.

Réponse du tac au tac du ministre de l’Intérieur dans la cour de l’Elysée, 13 000 postes de police ont été supprimés lors du précédent quinquennat, alors que la gauche a recréé depuis 2012 des emplois dans les forces de l’ordre.

 

On le voit, on est bien loin de l’unité nationale qui avait prévalu en janvier, après les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher. Et le Conseil restreint de ce matin n’avait au fond qu’un but : montrer que le gouvernement protège les Français. On appelle ça de la communication.


Rfi.fr

Samedi 27 Juin 2015 - 15:32