Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Aux Comores, onze des douze candidats d'opposition se constituent en collectif



Ils demandent la transparence et la sécurisation des élections présidentielles du 24 mars prochain. Ils ont à cet effet organisé une conférence de presse hier pour évoquer le climat répressif mis en place par le régime : arrestations arbitraires et candidatures invalidées injustement et leur crainte de partialité des institutions en charge des élections. Le président Azali Assoumani est candidat à sa propre succession.

Le collectif d’opposants a pointé du doigt notamment l’existence de listes électorales parallèles et l’utilisation de fonds publics à des fins électorales. Me Mahamoud Ahamada, candidat et membre du collectif s’indigne :

« Aucun membre de la Céni n’est issu ni de la société civile ni de l’opposition. Nous sommes tous des candidats à l’élection présidentielle, il n’est pas normal que les moyens de l’Etat - les véhicules, le carburant, éventuellement les bureaux de l’administration - servent de support à un candidat, en l’occurrence le président en congé. Il n’y a pas de raisons que des ministres utilisent des moyens de l’Etat. »

Il ne s’agit que de calomnies et de mauvaise compréhension du droit pour Mohamed Daoudou, le ministre en charge des élections. « Je crois que chaque candidat aura un représentant dans chaque bureau de vote lors du dépouillement et les résultats seront affichés devant les bureaux de vote donc aujourd’hui, s’il y a des candidats qui ne sont pas capables d’avoir des assesseurs ou bien des représentants et de les envoyer dans les bureaux de vote, ils n’ont pas à se plaindre. Maintenant je crois que la loi ne m’interdit pas de participer à des meetings. Quant aux moyens utilisés, ce sont mes moyens privés. »

Ils sont onze à avoir signé une déclaration qui les unit en un collectif qui n’a d’ensemble que le nom puisque chacun des candidats veut accéder au sommet de l’Etat.

Rfi

Jeudi 28 Février 2019 - 09:26



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter