Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Burundi: les obstacles à une plus grande participation de troupes burundaises aux casques bleus

La question d'une plus grande participation du Burundi aux missions de paix de l'ONU a été au cœur de la visite de travail de deux jours de Jean-Pierre Lacroix, le secrétaire général adjoint de l'ONU en charge des missions de paix à Bujumbura. Une question qui a été mise sur la table par tous les acteurs de ce dossier et un sujet de préoccupation pour les autorités burundaise, car cette activité est devenue aujourd'hui la principale source de devises, alors que le pays traverse une grave crise économique. Jean-Pierre Lacroix a estimé dans une interview à RFI que c'était encore tôt, en détaillant certaines conditions à remplir avant d'envisager un déploiement de troupes burundaises supplémentaires.



Premier défi, celui de la préparation des unités qui doivent être déployées dans les missions de l'ONU. Le Burundi dispose d'un centre de formation de maintien de la paix au nord de Bujumbura. Mais depuis la crise de 2015, les instructeurs occidentaux qui y officiaient sont partis ; les Nations unies veulent vérifier, comme c'est la règle, le niveau de préparation des troupes que le pays voudrait mettre à leur disposition.
 
Hélicoptère, blindés, chars ou encore équipement individuel... chaque pays pourvoyeur de troupes doit équiper ses hommes en mission. C'est une véritable épine pour le Burundi, qui n'en a pas les moyens en raison de la grave crise économique qu'il traverse.
 
Autre sujet de préoccupation,  la « conduite et discipline des Casques bleus », un domaine où les Nations unies pratiquement désormais la tolérance zéro. Or l'ONU a demandé à Gitega depuis cinq ans d'enquêter sur des allégations d'abus sexuels contre une vingtaine de casques blues burundais déployés à l'époque au sein de la MINUSCA en Centrafrique. D'autres cas se sont rajoutés depuis, mais jusqu'ici ces enquêtes n'ont pas encore abouti, déplore notre source.
 
Enfin, le gouvernement burundais cherche régulièrement à imposer au sein de son contingent engagé dans la MINUSCA, des officiers accusés de violations graves des droits de l'homme dans le pays depuis la crise de 2015, au grand dam de l'ONU. Elle veut désormais un contrôle strict en amont avant tout déploiement de troupes.

RFI

Jeudi 28 Octobre 2021 - 09:55


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter