Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Catastrophe de Fukushima: révélations posthumes de Masao Yoshida

C'est la voix d'un mort, la voix d'une victime collatérale de la catastrophe nucléaire de Fukushima au Japon, et cette voix porte d'autant plus fort qu'il s'agit de celle de Masao Yoshida, décédé l'an dernier d'un cancer et qui était alors aux commandes du complexe de Fukushima Daiichi saccagé par le tsunami du 11 mars 2011.



Masao Yoshida lors d'une réunion, le 30 mai 2011. Le directeur de la centrale de Fukushima était sur le site de la catastrophe jour et nuit, depuis le 11 mars. REUTERS/Tokyo Electric Power
Masao Yoshida lors d'une réunion, le 30 mai 2011. Le directeur de la centrale de Fukushima était sur le site de la catastrophe jour et nuit, depuis le 11 mars. REUTERS/Tokyo Electric Power

Il s'agit en fait du verbatim des auditions de tous les protagonistes du drame d'il y a trois ans et demi, dévoilées vendredi par le gouvernement nippon. L'ex-directeur de la centrale accable l'ancien gouvernement, son amateurisme et ses approximations dans la gestion de la crise.

Les interventions du Premier ministre japonais Naoto Kan et des dirigeants de Tepco ont semé la confusion et aggravé la situation. « Naotoka et Tepco ignoraient tout du fonctionnement d'une centrale nucléaire » estime Masao Yoshida.

« Personne n'a fui »

Les grands médias japonais étaient tout aussi ignorants. L'un des plus grands journaux Laashi Shimboub a même écrit que pris de panique la plupart des ouviers de la centrale avaient pris la fuite. « Rien de plus faux ! » répond Masao Yoshida. « S'il avait fallu fuir, il serait resté dans la centrale avec un minimum de personnes indispensables. »

Aujourd'hui, les experts nucléaires réagissent à ses déclarations de Masao Yoshida en déclarant que « c'est grâce à lui si le pire a pu être éviter à Fukushima ». Il a eu le courage d'ignoner les directives de Tepco et du gouvernement. Il a aussi prévenu correctement que « si on ne s'occupait de toute urgence du traitement des eaux contaminées, on aurait de la peine à stabiliser la situation à Fukyshima  ».



Rfi.fr

Samedi 13 Septembre 2014 - 09:19