Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Cheikh Oumar Hann défend un éventuel troisième mandat de Macky Sall



Cheikh Oumar Hann défend un éventuel troisième mandat de Macky Sall
Le ministre de l'Enseignement supérieur et de l'innovation, Cheikh Oumar Hann a défendu dimanche sur la Rfm, un éventuel troisième mandat du président Macky Sall. Selon lui, si Macky Sall se présente en 2024, il ne s'agit nullement d'un troisième mandat. "C'est un deuxième mandat du point de vue de la Constitution".

« Le troisième mandat, c'est  sur la table publique. Ce n'est pas porté l'Apr (Alliance pour la République, parti au pouvoir), ni le camp de Macky. C'est d'autres qui portent ça. J'ai dit la fois dernière, si aujourd'hui l'opposition dans sa campagne politique de reconstitution article sa démarche autour d'un troisième mandat de Macky Sall, elle a peur et veut faire peur au peuple sénégalais. Mais, je leur ai dit qu'ils vont se tromper. Car à force d'agiter ça, c'est le peuple qui va se lever et dire à Macky Sall de venir se présenter. Il est aujourd'hui majoritaire dans ce pays. Pourquoi l'opposition qui est minoritaire essaie de nous tympaniser avec le troisième mandat », a dit M. Hann, lors de l'émission Grand Jury.

A la question de savoir s'il est pour un troisième mandat, il estime que la question n'est pas à ce niveau. « (...) Du point de vue de la Constitution, je dis c'est un deuxième mandat. Ce n'est pas le troisième mandat, si Macky est candidat en 2024. On était là en 2012. Avec Wade c'était la même situation et on a dit qu'il pouvait être candidat, il a été candidat en 2012, alors qu'il a été en 2000 et 2007. Il a été élu sur la base d'une Constitution qui disait qu'il n'y avait pas de limitations de mandat ».

Poursuivant, Cheikh Oumar Hann a annoncé que le mandat de Macky Sall obtenu en 2012 n'est pas concerné. « Ce n'est pas une nouveauté. C'est très récent ce qui s'est passé au Sénégal en 2012. Wade a été candidat, alors qu'il est arrivé au pouvoir en 2000 avec une Constitution qui disait qu'il n'y avait pas de limitation du mandat du président de la république. L'interprétation de la Constitution de 2001 a fait dire que le mandat obtenu en 2000 n'était pas concerné par cette Constitution. Ce qui a fait que Wade a été candidat en 2012 ».

Il explique : « Macky est arrivé au pouvoir en 2012 par le fait du PDS, on avait enlevé la limitation de mandat. Le nombre de mandat n'était plus limité. Ensuite, on est allé vers une Constitution de 2016. Celle-ci limite le mandat à 2. Donc le mandat obtenu en 2012 ne peut pas être concerné. C'est récent. Ça ce n'est pas moi qui le dit ».

Salif SAKHANOKHO

Dimanche 29 Novembre 2020 - 12:09


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter