Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Combats meurtriers en Ukraine à la veille du cessez-le-feu

Le G7 s’est dit inquiet ce vendredi soir sur le dossier ukrainien. Alors que la trêve doit débuter samedi à minuit, heure locale (22h TU), les grandes puissances se disent prêtes à adopter des sanctions contre ceux qui violeraient l'accord de cessez-le-feu. Or, le président Porochenko affirme que la Russie a significativement augmenté son offensive dans l'Est, 36 heures après l'accord conclu dans la douleur à Minsk. Les Etats-Unis accusent la Russie de continuer de déployer des armes lourdes en Ukraine.



Des soldats ukrainiens près de Artemivsk, dans l'Est du pays, le 13 février 2015. REUTERS/Gleb Garanich
Des soldats ukrainiens près de Artemivsk, dans l'Est du pays, le 13 février 2015. REUTERS/Gleb Garanich

C'est autour de Debaltseve que les combats étaient les plus violents. Les troupes de Kiev y sont pratiquement encerclées par les rebelles, qui tentent de reprendre ce nœud ferroviaire situé à mi-chemin entre Donetsk et Lougansk, les capitales des deux territoires séparatistes.

Le bilan est lourd : onze soldats ukrainiens au moins ont été tués dans ces combats, et 40 ont été blessés, selon un porte-parole militaire ukrainien. Des civils ont également péri, 27 personnes au total ont été tuées ces dernières 24 heures. Trois civils sont morts à Lougansk dans les bombardements et deux autres dans la ville de Sciascia, située à 20 km au nord de Lougansk et contrôlée par l'armée ukrainienne.

La trêve devrait entrer en vigueur, en principe, ce samedi à minuit, mais il n'est pas sûr du tout qu'elle sera respectée. Lors des négociations de Minsk, les Russes voulaient une semaine de plus.  En tout cas, selon des déclarations recueillies par l'Agence France Presse auprès des rebelles, ces derniers n'ont pas vraiment l'intention de respecter le cessez-le-feu. Et puis de nombreux russophones de la région, entre 2 000 et 4 000 par jour, continuent à se réfugier en Russie.

Le G7 appelle au « strict respect » des accords de Minsk

Petro Porochenko, qui souhaitait un cessez-le-feu immédiat, a estimé que la Russie a « significativement augmenté » son offensive contre l'Ukraine depuis les accords de Minsk. Les rebelles séparatistes de l'est de l'Ukraine « attaquent les accords de Minsk  » en bombardant des populations civiles, a accusé le président ukrainien. « Nous pensons toujours que les accords de Minsk sont en grand danger », a-t-il dit, prévenant : les prochaines 48 heures risquent d’être très tendues.

Les chefs d’Etat et de gouvernement des pays du G7 (Canada, France, Allemagne, Italie, Japon, Royaume Uni, Etats-Unis), le président du Conseil européen, et le président de la Commission européenne ont apporté leur soutien aux accords de Minsk et se sont dits préoccupés par la situation en Ukraine. Ils ont exigé que « toutes les parties respectent strictement les dispositions » de l'accord de Minsk signé jeudi et se sont dits « prêts à adopter » des sanctions contre ceux qui violeraient cet accord, selon un communiqué transmis vendredi par la présidence française.


Rfi.fr

Samedi 14 Février 2015 - 08:11