Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Commercialisation de l'arachide: Macky Sall vole au secours de la Sonacos et des autres huiliers

​Si les difficultés — voire l’impossibilité — de collecter des graines d’arachides auxquelles sont confrontés les huiliers persistent, le Sénégal court tout simplement vers une catastrophe du fait du poids de l’arachide dans notre système social et économique. Ayant sans doute entendu les cris des syndicalistes et aussi les inquiétudes des industriels, le président de la République Macky Sall a décidé hier, en Conseil des ministres, de voler au secours de la Sonacos et des autres huiliers.



Commercialisation de l'arachide: Macky Sall vole au secours de la Sonacos et des autres huiliers
 Quelque deux semaines après l’ouverture de la campagne de commercialisation arachidière, ce début de décembre, les syndicalistes de la Sonacos alertaient sur une catastrophe sans précédent qui menaçait les huiliers nationaux comme la Sonacos, Oleosen, Copeol, West African Oil (WAO) et Complexe agro-industriel de Touba (CAIT). Exemple de cette catastrophe annoncée, deux semaines après l’ouverture de la campagne, la Sonacos Lyndiane de Kaolack, au cœur du bassin arachidier, n’avait reçu que …2 camions d’arachide.

Tandis que la Sonacos Ziguinchor, autre industrie, dans la même période attendait toujours son premier camion. Une situation inédite qui préfigure une tendance qui pourrait s’avérer dramatique pour les huiliers du Sénégal fortement concurrencés par les Chinois qui proposent un prix supérieur à celui du 250 frs fixé par le Comité national interprofessionnel de l’arachide (CNIA). Bord champ, les Chinois vont jusqu’à proposer 300 à 350 frs le kg aux paysans. Soit 50 voire 100 francs plus que le prix au producteur officiel.

Conséquence : les négociants venus de l’Empire du Milieu raflent toutes les graines mises en vente au niveau des loumas et même jusque dans les champs. Ils ont donc pu, en quelques jours seulement, acheter plus d’une centaine de camions de graines destinées à l’exportation vers leur pays. En tournée de supervision à Kaolack, Ziguinchor et Diourbel, Samuel Ndour, le patron du Syndicat national des travailleurs des industries des corps gras, décrit une situation apocalyptique si la tendance n’est pas renversée. « Nous avons fait un constat amer au niveau de la Sonacos de Diourbel, parce que nous n’avons pas trouvé de camions et c’est presque pareil partout où nous sommes passés. Par exemple à Ziguinchor, jusqu’au mardi 02 décembre, il y avait zéro camion, à Kaolack, ils n’ont eu que deux camions. Je pense qu’ici, ils n’ont déchargé que trois camions, ce qui est vraiment déplorable. Comment peut-on commencer une campagne dont on dit qu’elle est marquée par une forte production alors que l’industrie locale n’arrive pas à y trouver son compte ? Je pense que les autorités étatiques doivent revoir leur politique » soulignait le syndicaliste au cours d’un point de presse organisé à Ziguinchor en début de semaine. « L’année dernière, nous avions reçu 28.000 tonnes sur un objectif de 150.000 tonnes. La situation risque d’être pire cette année », alertait Samuel Ndour qui dénonce la «concurrence déloyale» des opérateurs étrangers.

« Des opérateurs étrangers sont allés jusque dans les villages pour acheter des graines et ramasser l’arachide au bord des champs. L’intervention de ces étrangers empêche l’industrie locale de vivre. C’est cette industrie locale qui paie les imports, crée de l’emploi. Un pays sans industrie ne peut pas se développer. Plus de 6000 emplois pérennes sont menacés entre Kaolack, Louga, Diourbel, Dakar et Ziguinchor. Si les autorités ne font rien, ce sera la catastrophe », renchérissait le secrétaire général du Syndicat national des travailleurs des industries des corps gras.

Les syndicalistes des huileries locales n’écartent d’ailleurs pas de mettre à exécution un plan de lutte pour «redresser les choses». « Nous allons aviser les plus hautes autorités et les autres autorités administratives des différentes régions. Si les choses ne bougent pas, nous serons obligés d’être en ordre de bataille avec l’organisation de marches jusqu’au ministère du Commerce », menace Samuel Ndour. « Il est encore temps de rectifier le tir. Plusieurs tonnes de graines sont entre les mains des étrangers, mais les graines ne sont pas encore sorties du territoire national. Il faut faire quelque chose sinon ce sera la mort programmée de toutes les huileries locales », avait-il mis en garde.

Macky Sall pour une protection de l’outil industriel national
Cette alerte des syndicalistes a été certainement captée par le président de la République. Le chef de l’Etat a vivement interpellé son gouvernement sur ce dossier hier en Conseil des ministres. « Le Président de la République a rappelé au Gouvernement que la campagne de commercialisation agricole demeure une période essentielle et sensible de la vie économique et sociale de notre pays. Le Chef de l’Etat a, à ce propos, indiqué l’importance primordiale qu’il accorde à son bon déroulement, particulièrement au niveau des zones de production arachidière et points de collecte du Sénégal. Il a, à cet effet, demandé au Gouvernement de prendre les dispositions et mesures d’accompagnement appropriées pour assurer, sur le terrain, le déploiement stable et le contrôle systématique des opérations de la campagne » lit-on dans le communiqué du Conseil des ministres.

Le même document ajoute que « le Président de la République a, dans cet élan, demandé aux ministres concernés de travailler en parfaite synergie avec l’Administration territoriale (gouverneurs, préfets, sous-préfets et services techniques déconcentrés), en vue d’un suivi permanent des opérations de collecte et de commercialisation de l’arachide. Le Chef de l’Etat a, en outre, insisté sur l’impératif de préserver l’outil industriel national, en particulier SONACOS-SA et les autres huiliers, qui contribuent fortement à la croissance et à la création d’emplois permanents et saisonniers sur le territoire national. Le Chef de l’Etat demande, à cet effet, au Ministre des Finances et du Budget, de veiller à l’application effective de la surtaxe à l’exportation de l’arachide dans le but de maintenir les objectifs de collecte et de trituration de SONACOS-SA et des autres huiliers ».

Le Témoin

AYOBA FAYE

Jeudi 10 Décembre 2020 - 09:23


div id="taboola-below-article-thumbnails">


1.Posté par Retour affectif rapide en 72h le 11/12/2020 12:05
L'amour ne peut être étouffé, il peut s'éteindre. Vous trouverez ici la réponse à vos problèmes et chagrins de coeur.
Je suis Maître TAGNON
Médium voyant, maître féticheur , grande célébrité occulte aux dons héréditaire.
Je met tout mon savoir faire à votre disposition ; pour vous donner une meilleur satisfaction.
Déplacement et travail par correspondance.
Grand spécialiste des problèmes affectifs:
Amour
Retour définitif de l’être aimé
Crise conjugale
Problème familial
Déception de couple
Trahison
Protection contre les esprits de la démence et du vice
Malchance conjugale.
Désenvoûtement d'amour
Union rapide
Cas désespéré de retour d'affection
Impuissance sexuelle pour ne citer que ceux là.
Je pratique la magie sous différentes formes depuis tout petit.
N’attendez pas que votre problème s'aggrave, il y a des solutions pour chaque problème.
N'attendez pas qu'il ou (elle) vous quitte, n'attendez pas qu'une autre personne lui jette un sort d'amour.
Soit le pilier de votre relation.
N’hésitez pas à me contacter même s’il s'agit d’une simple question. Mon plaisir est d’aider ceux qui en on vraiment besoin.
Travail rapide et discret, résultat 100% garantit.

E-mail: dahtagnon@hotmail.com
Tel/ whatsapp:+229 98 83 03 64
Site web: https://www.puissant-rituelretouraffectif.com/

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter