Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Coup d'Etat au Mali: la situation toujours confuse, la junte de plus en plus isolée

Trois jours après le renversement du président Amadou Toumani Touré par un groupe de militaires venus de la base de Kati, la situation au Mali reste toujours confuse. Dans un entretien accordé à RFI depuis le camp Soundiata Keïta, devenu son quartier général, le chef de la junte Amadou Sanogo affirme que tous les dirigeants du régime renversé sont «sains et saufs», promet de mettre fin aux pillages et se montre favorable aux négociations. Mais les mutins semblent avoir du mal à convaincre les dirigeants militaires et les responsables politiques.



Coup d'Etat au Mali: la situation toujours confuse, la junte de plus en plus isolée
« Le coup d’Etat a eu lieu mais n'a pas encore réussi », résumait hier un observateur de Bamako. Trois jours après le putsch, selon plusieurs sources, les mutins peinent à rallier l'armée dans son ensemble. A Kati dans leur QG, ils sont entourés de soldats, gendarmes, policiers y compris de certains paras, mais les hauts gradés n'ont, semble-t-il, pas suivi du moins officiellement.

Conscient de l'inexpérience des mutins, le capitaine Sanogo, le chef du CNRDRE, le Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l'Etat, a très vite consulté plusieurs leaders de la société civile et politique malienne afin d'obtenir rapidement la confiance d'une majorité. Mais dans la classe politique, la démarche est restée vaine : la plupart des grands partis ont condamné fermement le coup d'Etat, demandant le retour immédiat de l'ordre constitutionnel.

A l'étranger, là encore la condamnation est unanime, assortie comme pour les Etats-Unis ou d'autres partenaires, de menaces de suspension de l'aide économique au Mali. Une mission conjointe UA-Cedeao est attendue ce samedi 24 mars à Bamako pour rencontrer les mutins et leur demander de rétablir l'Etat de droit.
Reste le cas du président Amadou ToumaniTouré. Il serait réfugié depuis le début du coup d'Etat dans un camp militaire de la ville, entouré de ses soutiens, les bérets rouges, son corps d'origine. Des négociations seraient en cours entre le chef d'Etat renversé et les mutins. Difficile encore de savoir qui aujourd'hui tient effectivement l'Etat du Mali.

Réactions de la classe politique

A cinq semaines du premier tour de la présidentielle, l'organsiation politique est totalement chamboulée. Les principaux partis politiques maliens condamnent le coup d'Etat. Vendredi, dans une déclaration commune, dix partis dont l'ADEMA, l’Alliance pour la démocratie au Mali, l'URD, Union pour la république et la démocratie, ou le PDS, « ont demandé que le rétablissement de la paix dans le nord du pays et l'organisation d'élections libres et transparentes soient les deux priorités du moment », comme le confirme Maître Kassoum Tapo, porte-parole de l' ADEMA.
 
RFI

 



Samedi 24 Mars 2012 - 13:21


div id="taboola-below-article-thumbnails">


1.Posté par DIARRA le 24/03/2012 17:20
Le mali n'a présentement pas besoin d'un Coup d'Etat et surtout que nous sommes à quelques semaines du premier tour des élections. Ce recule politique risque de coûter de la quinine, surtout en ce temps de globalisation s'il faut se voir isolé dans la sous-région pour des raisons subjectives. Je suis d'accord que le régime d'ATT a commis des erreurs ou des fautes selon l'appréciation de tout un chacun dans la gestion de la crise du nord Mali et surtout qu’on pouvait imiter la recette idoine du voisin Nigérien qui n’est autre que accepter son compatriote mais avec les mains nues c'est-à-dire sans arme. Mais qu’à cela ne tienne l’enfant ne doit pas être jeté avec son eau de bain (ATT au mali ne doit pas être remercié ainsi autant si on pense qu’il a commis des fautes autant il a réalisé de très bonnes choses pour ce pays) je suis personnellement sans coloration politique mais je suis pragmatique dans mes constats. C’est vraiment regrettable de voir le notre cher Maliba suspendu de la sphère africaine, européenne, américaine pour un acte réactionnaire aussi bas.
QUE DIEU SAUVE NOTRE MALI

2.Posté par KOUAKOU AMANI JACOB le 24/03/2012 21:05
IL FAUT QUE TOUS LES PAYS DE LA CEDEAO APPPORTENT LEUR PIERRE A LEDIFICE POUR POURVOIR EPARGNER LE MALI DUN LENDEMAIN EMPIRER EN PENSANT SI POSSIBLE A UNE NEGOCIATION AVEC LA REBELLION TOUAREG

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter