PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




Démission du président birman, un proche d'Aung San Suu Kyi

Le président birman Htin Kyaw, qui vivait dans l'ombre d'Aung San Suu Kyi, a démissionné ce mercredi 21 mars avec effet immédiat, près de deux ans après sa prise de fonction, à un moment complexe pour le pays, accusé d'épuration ethnique.



« Le président Htin Kyaw a demandé le 21 mars 2018 a être démis de ses fonctions », a annoncé la présidence dans un court communiqué publié sur sa page Facebook.

Cet intellectuel, fils d'un poète birman renommé et ami d'enfance d'Aung San Suu Kyi, était devenu en avril 2016 le premier civil à ce poste depuis des décennies.

Aucune raison n'a été avancée par la présidence pour expliquer cette démission, mais Htin Kyaw était apparu très amaigri ces derniers mois et les spéculations sur sa santé s'étaient multipliées dans la presse.

Aung San Suu Kyi avait placé ce fidèle compagnon de dissidence à ce poste, principalement honorifique dans la configuration actuelle, car elle ne peut pas l'occuper pour des raisons constitutionnelles. Il est en effet interdit à quiconque ayant des enfants de nationalité étrangère - ce qui est le cas d'Aung San Suu Kyi, qui a deux fils britanniques - d'occuper le poste de président.

A la recherche d'un remplaçant

Dans l'incapacité de changer la Constitution, cette dernière avait clairement expliqué après l'élection qu'elle serait « au-dessus » du président.

Elle a maintenant sept jours d'après le communiqué de la présidence pour trouver un remplaçant à celui qui se sera peu exprimé lors de ses deux années de mandat, et quasiment jamais sur les dossiers sensibles.


Rfi.fr

Mercredi 21 Mars 2018 - 09:50



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter