Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Distribution Aide alimentaire Sicap Mbao: le partage de «Bouki*» des chefs de quartier

​Dans le cadre de son dispositif Force covid19, une enveloppe de 69 milliards a été décaissée par l’etat en vue d’assister les populations démunies en denrées alimentaires. Hélas, dans la commune de Diamaguene-Sicap Mbao, plutôt que de servir les indigents, c’est à un véritable partage de « Bouki » que l’on a assisté ! Les chefs des différents quartiers ont chacun reçu un quota destiné à une famille de 20 personnes. Leurs amis et proches se sont retrouvés avec le double de ce que devrait recevoir une famille indigente normale. S’agissant des critères de sélection, les sénégalais qui n’ont pas fait plus de dans dans les quartiers de la commune ont été considérés comme des étrangers. De ce fait, ils n’ont pu bénéficier de l’aide alimentaire. en outre, des familles de 16 personnes voire plus et qui sont dans le besoin, ont été écartées sans aucune explication. Le Témoin sert de mur de lamentations aux malheureux.



Distribution Aide alimentaire Sicap Mbao: le partage de «Bouki*» des chefs de quartier
Décidément, la République des copains et des coquins a été déclinée au niveau des communes qui sont devenues elles aussi l’apanage des mêmes copains et coquins, même dans le malheur avec la présence de la pandémie de la covid-19. Dans la commune de Diamaguene-Sicap- Mbao, la distribution de l’aide alimentaire est émaillée d’une grande injustice. En effet, aucune transparence n’est de mise dans le cadre de la répartition des vivres destinés aux familles. Du moins, selon des ayants droit s’estimant injustement écartés.

Des chefs de différents quartiers de ladite commune ont chacun reçu un quota représentant l’équivalent d’un kit destiné à une famille de 20 personnes. Ce qui apparaît comme un véritable scandale. « Rien n’est transparent dans la distribution des denrées alimentaires. Il  y  a  des  gens  qui  ont  reçu  deux  fois    plus qu’ils ne devraient recevoir. Ce, au moment où d’autres n’ont reçu aucun grain de riz, parce qu’ils n’entretiennent pas de bonnes relations avec le chef du quartier. Moi, je n’ai rien reçu sous prétexte que je suis étranger  alors  que j’ai  fait  plus  de  trois  ans  dans  le  quartier » s’étrangle de colère Cheikh Fall, un habitant du quartier. Ce qui fait que dans le quartier de Darou Minam 2, beaucoup de chefs de famille particulièrement nécessiteux n’ont rien reçu.

Ils ont ainsi été victimes de clientélisme et népotisme qui auraient été érigés en règle dans le quartier. Au domicile du chef de quartier où nous nous sommes rendus, celui-ci dont l’épouse est la « Badiénou Gokh », n’était pas en mesure de répondre à nos questions, prétextant avoir travaillé en groupe et qu’il revient au maire de répondre aux récriminations de ceux qui ont été oubliés dans la distribution. Au niveau de la distribution, renseignent nos sources, une bande de copains se paie le luxe d’avoir deux à trois sacs de riz chacun.

Mamadou Lamine Diédhiou, un jeune navigateur en chômage depuis trois mois, a été écarté de la liste des bénéficiaires au motif qu’il a un emploi. « Le chef du quartier, Amade Diouf, a  lui-même  fixé les règles. Je  lui ai personnellement  demandé  les  raisons  de    ma mise à l’écart et  il m’ a dit que c’est  parce que je suis navigateur », fait savoir le quadra qui peine à trouver le diable pour lui tirer la queue tout en se désolant que, dans ce quartier, le chef et son épouse se comportent en faiseurs de rois.« Mes voisins ont reçu deux à trois sacs de riz sans compter le sucre, l’huile et les pâtes. Pour ce  qui est du chef  de quartier, son épouse  figure également sur  la liste des bénéficiaires.   Ce qui fait  que cette  famille    a  reçu  plus  qu’elle  ne  devrait  avoir. Quant à l’imam du quartier, qui a une seule épouse avec un nombre raisonnable d’enfants, il  a reçu trois sacs de riz en plus  des autres denrées.  Ce, sans compter la part  réservée aux  amis proches du chef  de quartier.  La  famille Faye compte  16 membres.  Le vieux a perdu la vue  alors  que  ses enfants vivent de débrouille.  Plutôt que d’être aidée, cette famille a  été  tout  simplement écartée », fait savoir notre interlocuteur. « Nous,  enseignants du privé,  avons beaucoup souffert de la pandémie. Personnellement, je me suis déplacé pour voir le chef et son adjoint afin de discuter sur l’aide alimentaire. Ils étaient réfractaires.  Nous  sommes  ainsi    allés  voir  le sous-préfet.  Il y a lieu de souligner que, dans le comité directeur mis en place, chaque membre doit prendre 10 responsables de famille. Le plus souvent, ils ne prennent que leurs parents et leurs amis.  Le sous-préfet nous avait rassurés, mais  nous n’avons  rien  reçu », se plaint Souleymane Badji, un instituteur dans une école privée.

Ce qui fait dire aux familles exclues de la distribution qu’une véritable mafia tourne autour de la distribution des denrées alimentaires avec un partage de « Bouki » au niveau de cette commune de Diamaguène-Sicap Mbao/

*Le partage de Bouki (l'hyène) tel que raconté par la fable sénégalaise se passe de la manière suivante. Il expose le butin devant tous les ayants droits et dit je m'appelle Bouki Ndiour Samba. Voici une part pour Bouki, voici une autre pour Ndiour et enfin une dernière pour Samba. Il se retrouve ainsi avec les trois parts du butin.

Le Témoin

AYOBA FAYE

Mardi 7 Juillet 2020 - 09:35



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter