PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




Donald Trump s'attaque encore au FBI

Dans un nouveau tweet incendiaire, Donald Trump accuse la police fédérale de n'avoir pas su empêcher la fusillade qui a fait 17 morts, mercredi 14 février, dans une école de Floride. Affaire dans laquelle le FBI avait déjà reconnu une grave défaillance. Il avait reçu en janvier un appel d'un proche du tueur, alarmé par ses intentions meurtrières. Du pain béni pour le président américain, qui peut dénoncer à nouveau l'incompétence présumée du FBI.



« Revenez-en aux bases et rendez-nous tous fiers ! » Voilà le conseil, ou plutôt l'ordre, lancé ce dimanche 18 février par Donald Trump au FBI. Le président américain accuse l’agence américaine de passer « trop de temps à essayer de prouver la collusion russe avec la campagne Trump » et d’avoir en conséquence raté les « nombreux signaux envoyés par le tireur de l'école de Floride ».


  Ce message s’inscrit dans la droite ligne des nombreuses attaques envoyées par le président des Etats-Unis envers certains piliers de l’Etat, qu’il aimerait mieux contrôler. Son bras de fer avec le FBI a démarré dès son arrivée à la Maison Blanche. Depuis, le président n'a de cesse de discréditer le travail de la police fédérale.

Vent debout contre l'enquête russe

Il est particulièrement remonté contre l'enquête russe, dont l’agence était initialement chargée, avant la reprise du dossier par le procureur spécial Robert Mueller. Fin janvier, le directeur adjoint du FBI – devenu le bouc émissaire de Donald Trump – avait été poussé à la démission.

Cette énième pique à l'encontre de la police fédérale intervient au moment où le président est critiqué pour ses liens avec le lobby des armes à feu. La NRA, la principale association de défense des armes de tir, a en effet été très généreuse avec lui lors de la campagne présidentielle.

Certains poids lourds du parti Républicain s'inquiètent cependant des conséquences durables pour le FBI de ces attaques récurrentes. Pour le sénateur John Mc Cain, par exemple, « elles ne servent aucun intérêt américain, pas même celui du président. Seulement l'intérêt du président russe Poutine ».

Rfi

AYOBA FAYE

Dimanche 18 Février 2018 - 18:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter