Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Emigration clandestine : au moins 60 personnes mortes au cours d’un voyage pour l’Espagne



Emigration clandestine : au moins 60 personnes mortes au cours d’un voyage pour l’Espagne
Au moins 60 personnes ont perdu la vie au cours d'un voyage clandestin pour rejoindre l'Espagne. Ils étaient embarqués dans une pirogue gérée par deux capitaines sénégalais, un Gambien et un guinéen, rapporte L'Observateur.

Les trois miraculés qui ont été auditionnés par la police de Tenerife, ont confié aux agents de la Brigade que le voyage était un enfer. Que leur embarcation a quitté les côtes de la Mauritanie le 4 avril dernier et transportait plus de 60 personnes. Ils ont voyagé avec 42 litres d'eau. Moins d'un litre par tête. La nourriture était juste.

Le troisième jour du voyage, il n'y avait plus de nourriture. Le quatrième jour, il n'y avait plus d'essence pour alimenter les moteurs. Les quatre capitaines ont choisi alors de jeter les moteurs par-dessus bord pour alléger le bateau à la merci du courant du vent. A ce moment du voyage, racontent les rescapés, le désespoir remontait. Plusieurs passagers ont commencé à boire l'eau de la mer. La faim et la soif ont commencé à emporter les embarqués un par un. Les morts ont été jetés dans l'océan et les survivants ont été obligés de prendre leurs vêtements pour combattre le froid, en haute mer.

Au fil des jours, ceux qui étaient encore en vie n'avaient pas la force de jeter les corps des défunts. Ce qui fait qu'ils ont été sauvés, entourés de 24 cadavres.

Selon des médias espagnols repris par L'Obs, les corps sans vie de ces candidats à l'émigration clandestine sont empilés à l'Institut de médecine légale et des sciences judiciaires de Santa Cruz de Tenerife. Ils font l'objet de confrontation entre professionnels de la médecine légale et les agents de justice. Les premiers demandent qu'ils soient enterrés immédiatement, les seconds dont le magistrat en charge de l'enquête, demandent, plus de temps pour les identifier et localiser leurs proches.
 

Salif SAKHANOKHO

Samedi 15 Mai 2021 - 12:35


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter