Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM, Premier journal en ligne au Sénégal et en Afrique de l'ouest
PRESSAFRIK.COM PRESSAFRIK.COM

Publicité

PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Facebook
Instagram
YouTube
Twitter
Dailymotion

Videos récentes



En l'absence de Dioncounda Traoré, qui tient les rênes du pouvoir au Mali ?


Rédigé le Mardi 5 Juin 2012 à 12:06 | Lu 458 fois | 0 commentaire(s)


Suite à son agression le 21 mai, le président de la transition Dioncounda Traoré est toujours à Paris. Son retour ne semble pas se dessiner pour les jours à venir. Dans l’attente, qui tient les rênes du pouvoir au Mali ? Le capitaine Sanogo ne fait plus d'apparition publique et le Premier ministre Cheick Modibo Diarra semble rencontrer des difficultés à exercer son autorité.


En l'absence de Dioncounda Traoré, qui tient les rênes du pouvoir au Mali ?
Le capitaine Sanogo est passé de la lumière à l’ombre. Pas d’apparition publique, encore moins de déclaration officielle. A Kati, on justifie cette soudaine discrétion par la volonté de se conformer à la parole donnée à la Cédéao le 20 mai dernier. « Nous tenons notre engagement, le pouvoir est désormais entre les mains du Premier ministre », promettent plusieurs personnalités de la junte.

Dans les faits la réalité semble plus complexe. Si le maintien d’un dispositif militaire à l’aéroport ou à l’ORTM peut se justifier pour des raisons de sécurité, comment expliquer que vendredi 1er juin, le capitaine Sanogo ait, selon une source diplomatique, reçu plusieurs ambassadeurs ? « Rien n’est réglé dans la répartition des pouvoirs », admet Sidi Sosso Diarra, le frère et conseiller spécial du Premier ministre. « Cheick Modibo Diarra est d’une prudence excessive, il n’a pas d’appui politique alors il ne veut pas froisser la junte. S’il veut exercer ses pleins pouvoirs, il va devoir aller les chercher », concède un autre de ses proches.

Après l’agression de Dioncounda Traoré, aucun responsable sécuritaire n’a été sanctionné et la semaine passée, le Premier ministre s’est rendu dans un camp militaire, revêtu d’un haut de treillis. Nombre de Bamakois y ont vu un symbole de sa difficulté à s’affranchir des soldats qui l’ont coopté.

RFI




div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu en filet | Editorial | Politique | Commentaire | Economie | Société | Procès Habré | Médias | MONDIAL 2014 | Sport | Reportage | Portrait | Analyse | Culture | Mondial 2010 | Opinion | Afrique | Monde | Jet Set | People | Mode | Amour | High Tech | Santé | Insolite | Inter | Lutte 2010/2011 | Inondations 2012 | Crise Malienne | Crise ivoirienne | Partenaires | DOSSIER BEN LADEN | Campagne 2012 | Scrutin présidentiel 2012 | Magal Touba 2011 | Prestation de serment Macky Sall | Législatives Sénégal 2012 | Chronique | Fesman | eng | twitts | Agenda | vidéos sports | Dossier | Scrutin second tour présidentielle Sénégal | Actualité | Présentielle 2019 | Foot | Autres Sports | PressAfrik_Charte