Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



États-Unis: Donald Trump révolutionne la fête nationale du 4 juillet

Donald Trump révolutionne la fête nationale américaine. Le président entend se placer au centre d’un événement traditionnellement censé célébrer l’unité du pays. Donald Trump prévoit de faire un discours sur les marches du Lincoln Memorial et fait venir des tanks dans les rues de la capitale fédérale. Ce qui suscite des grincements de dents.




Des chars d’assaut dans les rues, des avions de combat dans le ciel, et un discours du président à l’endroit même où Martin Luther King avait enflammé la foule avec son célèbre « I had a dream ».

Le programme de la fête de l’indépendance tranche avec le déroulé habituel de la journée, qui s’étire normalement dans un esprit bon enfant autour des fanfares et des feux d’artifice, sans aucune intervention politique.

Dans un tweet ce mercredi, Donald Trump promet un 4 juillet « vraiment grand », « Ce sera le spectacle de toute une vie ! », écrit -il.

Mais Donald Trump a été fasciné par le défilé du 14 juillet auquel il a assisté en 2017 et entend apparaître comme le grand ordonnateur d’une journée exceptionnelle. Quitte à piocher 2,5 millions de dollars dans le budget des parcs nationaux et susciter la colère des démocrates.

Julian Castro, candidat aux primaires et ancien ministre de Barack Obama, réagit : « Il dépense cet argent pour gonfler son ego avec une parade qui tourne essentiellement autour de lui, et offre des tickets d’entrée aux plus gros donateurs du Parti républicain. Quelle perte d’argent ».

Des contre-manifestations auront lieu. Le ballon Baby Trump devrait flotter au-dessus de Washington. Mais pas au-dessus du Mall, et le président ne pourra pas l’apercevoir.

rfi.fr

Jeudi 4 Juillet 2019 - 09:42



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Juillet 2019 - 17:58 Maroc : Renard n'a pas quitté son poste