Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Gendarmes tués en France : le tireur retrouvé mort



Gendarmes tués en France : le tireur retrouvé mort
Un homme armé a abattu trois gendarmes qui avaient été appelés pour un incident de violence domestique dans le centre de la France.

Le suspect, âgé de 48 ans, qui était censé être connu des autorités en matière de garde d'enfants, a été retrouvé mort par la suite, selon les fonctionnaires.

Une femme s'était enfuie par le toit d'une maison dans un village isolé près de Saint-Just aux premières heures de mercredi.

Le tireur a tué un officier et en a blessé un autre. Il a ensuite mis le feu à la maison et a tué deux autres officiers qui sont arrivés. La femme a été secourue.

Le président Emmanuel Macron a déclaré que la nation partageait la douleur des familles des policiers.
  Des officiers d'élite restent sur place dans le village du Puy-de-Dôme, dans la région montagneuse du Massif central français.

Le maire de Saint-Just, François Chautard, a déclaré au Figaro que la maison avait brûlé et que les agents avaient tenté de déterminer si le suspect, lourdement armé, était toujours à l'intérieur ou s'était échappé.

Mais le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a confirmé plus tard que le suspect avait été retrouvé mort.

Des sources policières ont déclaré aux médias français que l'homme avait été retrouvé dans sa voiture dans le cadre d'un suicide présumé, mais cela n'a pas été officiellement confirmé.
M. Darmanin, qui s'est ensuite rendu sur les lieux, a désigné le premier officier qui est mort comme étant le brigadier Arno Mavel, 21 ans, et les deux qui sont morts lors du second incident comme étant le lieutenant Cyrille Morel, 45 ans, et l'adjudant Rémi Dupuis, 37 ans.

M. Darmanin a exprimé sa profonde tristesse face à ces décès et a présenté ses condoléances à leurs familles, amis et collègues de la gendarmerie. Il a déclaré que ces décès montraient une fois de plus les risques auxquels sont exposés les policiers dans l'exercice de leurs fonctions quotidiennes.

Dans son tweet, M. Macron a déclaré que les forces de sécurité mettaient leur vie en danger pour protéger le public et qu'elles étaient "nos héros" :
Dans un autre tweet, le Premier ministre Jean Castex a déclaré que la tragédie avait touché tout le pays. Il a dit qu'il partageait la douleur des proches des officiers et leur a envoyé son soutien indéfectible.

L'officier blessé a reçu une balle dans la jambe et sa vie n'est pas en danger.

Les attaques à l'arme à feu contre les forces de sécurité dans des incidents non liés au terrorisme sont relativement rares en France.

Deux femmes gendarmes ont été abattues lors d'une dispute avec un suspect de cambriolage dans le village de Collobrières, près de Toulon, en 2012.

Aminata Diouf

Mercredi 23 Décembre 2020 - 16:45


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter