Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Gouvernance des ressources minérales en Afrique de l’Ouest : Gorée Institute capitalise les expériences

La promotion des bonnes initiatives pour une gouvernance saine des ressources minérales en Afrique de l’Ouest continue d’être au cœur des préoccupations du Gorée Institute. Après une série d’activités de renforcement de capacités, de formation, de plaidoyer, d’échanges de bonnes pratiques et de recherche menées depuis 2013, le projet Gouvernance des Ressources Minérales (GRM) de l’Institut Gorée qui favorise le partage juste et équitable des revenus tirés des ressources minérales et pétrolières entame la phase de capitalisation des expériences par l’organisation d’un atelier sur le thème : « les bonnes pratiques et leçons apprises dans la gouvernance des ressources minérales en Afrique de l’Ouest : cas du Sénégal ».



Le Centre pour la Démocratie, le Développement et la Culture en Afrique compte contribuer pleinement à la gouvernance efficace des ressources minérales au Sénégal et en Afrique. En effet, après les nombreuses activités sanctionnées par une visite de terrain dans les zones minières du Sénégal et une rencontre régionale de partage et d’échanges sur les bonnes pratiques de gouvernance des ressources minérales, l’Institut panafricain partage, les 26 et 27 mai, le document de capitalisation de son projet Gouvernance des Ressources Minérales. En clair, il s’agira de faire focus sur les leçons apprises en termes d'impact, de défis, de réussites et de gouvernance durable.

Ainsi, sur la base des résultats du projet GRM et des leçons apprises partagés à travers diverses présentations, le document de capitalisation du projet fera l’objet d’échanges en termes de bonnes pratiques relevées, d’état des lieux, de défis, d’opportunités à saisir et de perspectives qui s’offrent, tout en mettant également l’accent, au-delà du Sénégal, sur les similarités, les divergences et les points de convergence entre les pays de la région ouest africaine.

L’atelier sera également l’occasion pour les communautés, les parlementaires, de même que les acteurs étatiques et non étatiques de partager leurs perceptions du projet et d’évaluer dans quelle mesure il a contribué à l'amélioration des politiques, au contrôle parlementaire, au suivi et à l'évaluation, en tenant compte des communautés d'accueil des sociétés extractives. Il s’agira aussi pour ces derniers de partager leurs visions et attentes de la gouvernance des ressources minérales.

La rencontre qui se tiendra sur l’île de Gorée insistera davantage sur les retombées et impacts de la gouvernance des ressources minérales au Sénégal, sur la question des droits de l'homme dans le secteur extractif et celle du respect des engagements, notamment en matière sociale. La réflexion portera également sur les succès et limites de la législation et des politiques mises en place, de même que la question de la transparence dans la gouvernance du secteur.

Outre le partage du document de capitalisation des bonnes pratiques et des expériences du projet pouvant aussi servir de document d’information, de plaidoyer et d’orientation des politiques et pratiques, une réflexion commune sera faite sur la base des présentations en termes de challenges, de défis et de perspectives à relever. Par ailleurs, des recommandations d’orientation politique pouvant guider les parties prenantes du secteur seront partagées, de même que les attentes des communautés issues des causeries communautaires. Aussi, une base de réflexion sur une nouvelle stratégie d’intervention sera produite avec l’ensemble des parties prenantes.

Prévu dans les locaux du Gorée Institute, l’atelier de capitalisation des bonnes pratiques et leçons apprises dans la gouvernance des ressources minérales en Afrique de l’Ouest réunira les membres des instances gouvernementales, les acteurs de la société civile, les parlementaires, le secteur privé, les communautés des zones d’exploitation, les partenaires techniques et financiers et les chercheurs.

Matar SENE

Mardi 18 Mai 2021 - 15:02


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter