Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)

Guerre en Ukraine : L’Afrique face à la hausse des prix des denrées alimentaires



Guerre en Ukraine : L’Afrique face à la hausse des prix des denrées alimentaires
La guerre en Ukraine risque de briser l’élan de la reprise mondiale en plus de causer un choc en Afrique. Elle devrait amputer la croissance mondiale d’environ 1 point de pourcentage, selon les dernières estimations de la Conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement (Cnuced), publiées à Genève.
 
En raison de la guerre en Ukraine et des changements de politiques macroéconomiques opérés par les pays au cours des derniers mois, le rapport de la Cnuced révise à la baisse ses prévisions de croissance pour l’économie mondiale de 3,6% à 2,6% pour 2022. Dans ces conditions, les perspectives de l’économie mondiale s’aggravent rapidement, sous l’effet de la hausse des prix des denrées alimentaires, des carburants et des engrais, de la volatilité financière accrue, de la reconfiguration complexe des chaînes d’approvisionnement mondiales et de l’augmentation des coûts commerciaux.
 
Alors que la Russie connaîtra une profonde récession cette année, des ralentissements significatifs de la croissance sont attendus dans certaines parties de l’Europe occidentale et de l’Asie centrale, du Sud et du Sud-Est, a détaillé l’organe de l’Onu chargé du commerce et du développement. « Les effets économiques de la guerre en Ukraine vont aggraver le ralentissement économique actuel dans le monde et affaiblir la reprise après la pandémie de la Covid-19 », a affirmé Rebeca Grynspan, secrétaire générale de la Cnuced.
 
Le Fonds monétaire international (Fmi) avait déjà averti que le conflit ukrainien allait ralentir la croissance de l’activité et provoquerait une hausse de l’inflation. Le Fonds s’apprête à corriger à la baisse sa précédente prévision d’une croissance mondiale de 4,4%, lors de ses assemblées de printemps, à la mi-avril.
 
Les Etats-Unis, bien que relativement isolés des chocs actuels, subiront une pression supplémentaire sur les dépenses de consommation en raison de la hausse des prix des carburants et des denrées alimentaires. L’Europe sera plus durement touchée par les prix élevés des matières premières et par le conflit en Ukraine.
 
Quant à l’économie chinoise, la Cnuced estime que l’objectif de 5,5% de croissance annoncé précédemment constituera un défi. D’autres économies asiatiques seront confrontées à des vents contraires résultant du conflit. 
 
Sur le continent africain, les pays seront touchés de manière inégale, mais les prévisions de croissance pour 2022 de la région dans son ensemble seront inférieures aux estimations faites plus tôt dans l’année. Le poids considérable des exportations de pétrole et de gaz de la région stimulera la croissance. Si le continent peut compter sur l’exportation de ses matières premières, la plupart, les économies africaines sont également soit dépendantes des denrées alimentaires, soit confrontées à des goulets d’étranglement en matière d’approvisionnement, a détaillé la Cnuced. Dans l’ensemble, le choc mondial des produits de base impliquera un choc relativement «négatif pour la région dans son ensemble, notamment par le biais des prix alimentaires et de la consommation intérieure ».
 
Plus globalement, la Cnuced redoute qu’une combinaison d’un affaiblissement de la demande mondiale et de niveaux d’endettement élevés dus à la pandémie ne génère des « ondes de choc financières ». Ceux-ci sont susceptibles de pousser certains pays en développement dans une « spirale infernale d’insolvabilité, de récession et d’arrêt du développement ».
 
Flambée des prix et service de la dette pour les pays importateurs de denrées alimentaires.
 
Un scénario préoccupant d’autant que la guerre conduit déjà une hausse des prix de l’énergie et des produits de base. « La pression supplémentaire exercée par les hausses de prix intensifie les appels à une réponse politique dans les économies avancées. Ce qui menace un ralentissement plus marqué que prévu de la croissance », indique le rapport.
 
Selon la Cnuced, la flambée des prix des denrées alimentaires et des carburants aura un effet immédiat sur les plus vulnérables dans les pays en développement, « entraînant la faim et des difficultés pour les ménages qui consacrent la plus grande part de leurs revenus à l’alimentation ». « La hausse des prix menace les moyens de subsistance, décourage les investissements et fait planer le spectre d’un creusement des déficits commerciaux », indique le rapport.
 
Elle s’inquiète ainsi du sort de 104 pays dont plus d’une trentaine très vulnérables, qui sont des importateurs nets de produits alimentaires. Ils avaient une dette publique extérieure totale de 1.400 milliards de dollars à la fin de 2020. « Ces pays doivent faire face à 153 milliards de dollars de paiements prévus au titre du service de la dette en 2022, qui peuvent être mis en péril si les prix alimentaires internationaux continuent d’augmenter », a annoncé lors d’une conférence de presse à Genève, Richard Kozul-Wright, directeur de Division de la mondialisation et des stratégies de développement à la Cnuced.

Salif SAKHANOKHO

Lundi 28 Mars 2022 - 18:38


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter