Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Guinée Bissau : procès des présumés auteurs de l'attaque d'une caserne en octobre 2012

Les dix-sept hommes auteurs présumés de l'attaque d’une garnison militaire des « bérets rouges » comparaissent depuis le 11 mars devant une juridiction militaire. Les prévenus, sont accusés de « crime contre la sécurité de l'Etat » et « crime par l'attaque d'une garnison militaire » ayant fait officiellement sept morts. Les principaux suspects sont deux officiers, le capitaine de vaisseau Jorge Sambu et le lieutenant-colonel Braima Djédjo. L'un des dix-sept prévenus a reconnu avoir «dirigé» cette action, mais a accusé d'anciens dirigeants de la Guinée Bissau ainsi que le président gambien d'avoir commandité le coup.



Le capitaine Pansau N'Tchama, le 27 octobre 2009 en Guinée-Bissau.
Le capitaine Pansau N'Tchama, le 27 octobre 2009 en Guinée-Bissau.
Les dix-sept hommes sont accusés de « crimes contre la sécurité de l’Etat » et « crime par l’attaque d’une garnison militaire » ayant fait officiellement sept morts. Les principaux suspects sont douze officiers supérieurs, le capitaine de vaisseau Jorge Sambu et le lieutenant-colonel Braima Djédjo. Le capitaine Pansau Ntchama qui avait été présenté en 2012 par les autorités comme le cerveau de l’attaque, n’est désormais plus considéré comme tel.
Pansau qui reconnaît les faits qui lui sont reprochés, est cependant un élément clé dans ce dossier. Son intervention à la barre a duré deux heures au cours desquelles, le jeune capitaine a accusé successivement l’ancien Premier ministre bissauo-guinéen Carlos Gomes Junior et les autorités gambiennes, le président Yaya Jammeh en tête comme étant les parrains du coup.
Selon le capitaine Pansau N'Tchama, : « Il avait une commission spéciale installée en Gambie et formée par le Premier ministre Carlos Gomes Junior qui se rend fréquemment en Angola. Les autorités angolaises avaient donné des garantir de mettre à sa disposition du matériel militaire pour l'opération. La Gambie aussi à travers le président Yaya Jammeh a promis d'appuyer Et c'est le ministre gambien des Affaires étrangères qui assure la coordination, lui qui va souvent en Angola dans le cadre de cette mission ».

Source : Rfi.fr

Dépéche

Jeudi 14 Mars 2013 - 12:33


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter