Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Halima Aden, top model : "j'ai arrêté parce que le mannequinat est incompatible avec ma foi musulmane"



Halima Aden, top model : "j'ai arrêté parce que le mannequinat est incompatible avec ma foi musulmane"
Halima Aden, la première top model à porter le hijab, a quitté l'industrie de la mode en novembre en disant que c'était incompatible avec sa religion musulmane. Dans une interview exclusive, elle raconte à Sodaba Haidare, reporter de la BBC Global Religion, l'histoire complète de son départ, comment elle est devenue mannequin et comment elle a pris la décision de partir.

Halima, 23 ans vit à St Cloud dans le Minnesota , où elle a grandi entourée d'autres Somaliens. Elle porte des vêtements ordinaires et n'est pas maquillée, caresse joyeusement son chien, Coco.

"Je suis Halima de Kakuma", dit-elle, en référence au camp de réfugiés du Kenya, où elle est née. D'autres l'ont décrite comme un top model pionnière portant le hijab ou comme le premier mannequin hijabi à figurer en couverture du magazine Vogue - mais elle a laissé tout cela derrière elle il y a deux mois, affirmant que l'industrie de la mode était en conflit avec sa foi musulmane.

"Je ne me suis jamais aussi sentie confortable dans une interview", dit-elle en riant. "Parce que je n'ai pas passé 10 heures à me préparer, dans une tenue que je ne pouvais pas garder."
 En tant que mannequin portant le hijab, Halima était sélective dans ses vêtements. Au début de sa carrière, elle emportait une valise remplie de ses propres hijabs, robes longues et jupes à chaque séance de photos. Elle a porté son propre hijab noir uni pour sa première campagne pour la "Fenty Beauty" de Rihanna.

Cependant, elle était habillée, le fait de garder son hijab pour chaque tournage n'était pas négociable. C'était si important pour elle qu'en 2017, lorsqu'elle a signé avec IMG, l'une des plus grandes agences de mannequins du monde, elle a ajouté une clause à son contrat, stipulant qu'IMG s'engageait à ne jamais le retirer. Son hijab était très important pour elle.
"Il y a des filles qui voulaient mourir pour un contrat de mannequinat", dit-elle, "mais j'étais prête à partir si ce n'était pas accepté".

Et ce, malgré le fait qu'à ce stade, personne n'avait entendu parler d'elle - qu'elle était "une moins que rien".

Mais au fil du temps, elle a eu moins de contrôle sur les vêtements qu'elle portait et a accepté des couvre-chefs qu'elle aurait exclus au départ.

"J'ai fini par m'éloigner et je me suis retrouvée dans la zone grise où l'équipe a laissé mon hijab sur le plateau.

Au cours de la dernière année de sa carrière, son hijab est devenu de plus en plus petit, accentuant parfois son cou et sa poitrine. Et parfois, au lieu du hijab, elle s'enveloppait de jeans, ou d'autres vêtements et tissus, autour de la tête.
 Une autre clause du contrat d'Halima lui garantissait une loge individuelle, lui permettant de s'habiller dans l'intimité de son propre espace.

Mais elle s'est vite rendu compte que les autres mannequins portant le hijab, qui l'avaient suivie dans l'industrie, n'étaient pas traités avec le même respect. Elle voyait qu'on leur disait de trouver une salle de bain pour se changer.

Elle se disait : "OMG, ces filles suivent mes traces et j'ai ouvert la porte de la gueule du lion".

Elle s'attendait à ce que ses successeurs soient ses égaux, ce qui a intensifié ses sentiments protecteurs à leur égard.

BBC

Vendredi 15 Janvier 2021 - 12:10


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter