Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Haut-Karabakh: à Stepanakert, la vie aujourd’hui tourne au ralenti

Deuxième mois de combats dans le Haut-Karabakh, le long de la ligne de front. Les armées de l’Azerbaïdjan et de la république auto-proclamée affirment, chacune de leur côté, contrôler la situation. Les forces azerbaïdjanaises ont conquis des territoires échappant au contrôle de Bakou depuis les années 1990 et elles se rapprochent dangereusement d'une route vitale entre l'Arménie et le Haut-Karabakh. Stepanakert, la principale ville de la région, a été à plusieurs reprises la cible de bombardements ces dernières semaines. Une bonne partie de la population est allée se mettre à l’abri en Arménie, et la vie aujourd’hui y tourne au ralenti. Reportage au marché de la ville.



Haut-Karabakh: à Stepanakert, la vie aujourd’hui tourne au ralenti
Des étals recouverts de bâches, des cageots vides qui s’empilent : la plupart des vendeurs du marché de Stepanakert sont absents. Les acheteurs aussi. Au fond de la halle, Donara Gasparian travaille une pâte, qu’elle mélange avec 17 herbes différentes pour cuire une spécialité locale, le pain Gingalov. « Il n’y a plus personne pour nous vendre ces herbes sur ce marché, confie-t-elle. Nous devons nous-mêmes aller les chercher dans des villages et il ne nous reste plus que deux petites heures pour cuire nos pains ici. Globalement, la nourriture ne manque pas, on s’en sort, mais l’essentiel, c’est qu’il y ait la paix. »
 
Les tirs d’artillerie résonnent au loin. Lena Mikelian, 80 ans, a marché une bonne demi-heure pour venir acheter un peu de viande de porc et quelques légumes : « Tous les magasins sont fermés mais ici on peut encore acheter des choses. Je pense que nos garçons qui combattent feront en sorte que nous ne restions pas coincés sans rien. Nous avons de bons garçons. »
 
Dans l’une des rares boulangeries ouvertes de la ville, c’est le système D pour trouver les ingrédients nécessaires à la fabrication du pain, comme l’explique Herminé Ghazarian devant ses fours : « Chaque jour on doit se débrouiller pour trouver un moyen d’acheter de la farine. Il n’y a plus de livraison, nous allons donc la chercher chez ceux qui ont encore de stocks mais qui ne produisent plus. »
 
L’établissement fermera à midi. Les boulangers doivent aussi penser à leur sécurité. Régulièrement, la ville est visée par des obus et des missiles.

RFI

Mercredi 28 Octobre 2020 - 08:37


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter