Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Idrissa Seck : Macky Sall « n'a pas le temps de conduire un opposant plusieurs fois à Sweet Beauté »



Idrissa Seck : Macky Sall « n'a pas le temps de conduire un opposant plusieurs fois à Sweet Beauté »
Macky Sall « n'a pas le temps de conduire un opposant plusieurs fois à "Sweet Beauté", ni de fomenter de sordides activités qui se seraient passées dans ce salon de massage », a affirmé Idrissa Seck, président du Conseil économique social et environnement (Cese), dans une déclaration samedi.

« Depuis le 1er novembre 2020, à partir de ma station de Président du Conseil Economique, Social et Environnemental, j'observe de façon privilégiée et au quotidien, les activités de Son Excellence Monsieur le Président de la République », a dit M. Seck.
 
« Je l'ai vu se battre de façon titanesque pour que le peuple sénégalais soit parmi les premiers à recevoir le vaccin, même au prix d'efforts budgétaires incommensurables. Je l'ai vu plaider avec autorité auprès de ses collègues du G7 pour que la solidarité internationale à l'endroit de l'Afrique, soit à la hauteur des enjeux pour venir à bout de cette pandémie qui révèle notre commune vulnérabilité humaine », a-t-il ajouté.
 
Evoquant toujours, les activités du chef de l’Etat, l’ancien  chef de file de l’opposant dit l'avoir vu « insister pour que l'Afrique dispose de ressources financières conséquentes, au moyen de droits de tirage additionnels,  d'abandon de la dette ou de tout autre mécanisme, afin de soulager les entreprises africaines et les investisseurs africains des terribles conséquences de la pandémie sur les fragiles économies africaines ».
 
Sans oublier des instructions pour qu'il n'y ait plus de retard sur le paiement des bourses des étudiants, de la dotation des chercheurs d'un supercalculateur qui les dispense d'aller faire leurs  travaux à l'étranger, entre autres.
 
Compte tenu de tout cela, Idrissa Seck, déclare qu’il « atteste, affirme » que le chef de l’Etat « n'a pas le temps de conduire un opposant plusieurs fois à "Sweet Beauté", ni de fomenter de sordides activités qui se seraient passées dans ce salon de massage ».

Pour trouver une sortie de crise de dans cette situation qui a causé près d’une dizaine de morts, le président du CESE, a demandé à Ousmane Sonko de « s'adresser à ses partisans pour les inviter à cesser toutes activités insurrectionnelles, de pillages et de troubles à l'ordre public ».
 
« S'il le fait, j'accéderai alors aux nombreuses demandes à moi adressées, dont celle de notre compatriote Alioune Tine, membre éminent de la société civile africaine, d'entreprendre une médiation politique pour le retour rapide au calme », a posé le nouvelle allié.
 
Il ajoute : « Je sais bénéficier auprès de son Excellence Monsieur le Président de la République, d'une écoute attentive et respectueuse qui me fait espérer des résultats positifs pour cette médiation, le cas échéante ».

Concernant les accusations de viols et de menaces de mort de la part de la jeune masseuse, Adji Sarr, Idy veut que ce problème soit réglé de manière « prophétique ». « Conformément à la recommandation prophétique, faite à tout musulman d'être solidaire de son frère qui subit une épreuve, qu'il ait raison ou tort, je voudrais exprimer ma solidarité à mon jeune frère Ousmane Sonko, frappé par une terrible épreuve ».
 
« S'il sait que les accusations portées à son endroit par la citoyenne Adji Sarr sont infondées et ne sont que le résultat d'un complot ourdi contre sa personne », a dit M. Seck, « je l'invite à faire ce que je fis en son temps, c'est-à-dire déclarer solennellement, devant Dieu et devant les hommes, que d'ici à l'extinction du soleil, aucune preuve ne viendra étayer lesdites accusations ».
 
« S'il ne le peut pas, je lui recommanderai alors de se repentir, de demander pardon à sa famille, à ses militants et au peuple sénégalais, et d'accepter avec dignité les conséquences des actes posés », a-t-il conclu.

Salif SAKHANOKHO

Samedi 6 Mars 2021 - 18:46


div id="taboola-below-article-thumbnails">


1.Posté par Farima adama koné le 07/03/2021 18:34
Normal, il défend son thiép

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter