Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Indemnisation des compagnies pétrolières en RDC: une ponction qui fait polémique

L'utilisation de 15 millions de dollars des caisses de l'État congolais inquiète l'Inspection générale des finances. La somme a été prélevée sur un autre montant plus important : 100 millions de dollars de compensations octroyées aux distributeurs pétroliers après le gel des prix à la pompe.



Ces 15 millions de dollars correspondent aux 15% de l'indemnisation que les pétroliers devaient récupérer. Cette somme est qualifiée de décote, une sorte de retenue à la source dont on ne connaît pas la justification particulière.

Cet argent a été versé essentiellement sur un compte ouvert dans une banque privée, la Rawbank, au nom du Comité de suivi des prix des produits pétroliers. Et ce à la demande notamment du ministre congolais de l'Économie. L'argent a été retiré dans les deux semaines qui suivent, en plusieurs fois.

Pourquoi a-t-on prélevé 15 millions de dollars sur ce qui était dû aux pétroliers ? Pourquoi cette somme a-t-elle été versée sur le compte d'une banque privée ? Et à quoi a-t-elle servi ? Sur ce dernier point, pas de réponse. Les inspecteurs des finances n'ont pas obtenu les justificatifs des retraits.

Qui est comptable de cette dépense ? À ce stade, les inspecteurs considèrent que c'est le conseiller chargé des questions financières au ministère de l'Économie, Georges Yamba Ngoie.

Ce virement de 15 millions sur un compte privé est dénoncé par les mêmes inspecteurs des finances. Pour eux, c'est une « irrégularité qui n'est pas dans l'intérêt du Trésor Public ». Le rapport de l'inspection des finances a été transmis le 31 juillet dernier au procureur général pour une enquête approfondie.

« Une pratique courante, régulière »

Interrogé par RFI, l'un des porte-paroles de la présidence conteste le bien-fondé du rapport. D'abord sur le forme : il estime que le conseiller de la présidence qui l'a commandé n'était pas légitime pour le faire.

Le porte-parole conteste aussi les critiques adressées. Opérer un prélèvement de 15% sur la somme versée aux pétroliers est, selon ses mots, une « pratique courante, régulière, dans une économie un peu particulière comme celle de la RDC ».

Enfin, cette somme était destinée au financement des grands travaux du président, assure ce porte-parole qui répète qu'il n'y a eu aucune irrégularité.

Rfi.fr

Mercredi 21 Août 2019 - 18:01



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter