Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Initiative de Suspension du Service de la Dette (ISSD): le Sénégal cherche à suspendre sa créance bilatérale de plus 90 milliards de frs

Le Sénégal participe à l’Initiative de suspension du service de la dette (ISSD). L’information a été donnée hier soir par le ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo…



Initiative de Suspension du Service de la Dette (ISSD): le Sénégal cherche à suspendre sa créance bilatérale de plus 90 milliards de frs
Le Sénégal est toujours déterminé à faire suspendre sa dette bilatérale. Dans un communiqué, le ministre des Finances et du Budget informe que notre pays a salué la décision des pays membres du G20, ainsi que de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI) de convenir d’une initiative concertée de suspension du service de la dette dû aux créanciers bilatéraux officiels.

En effet, cette suspension temporaire permettra, selon l’état du Sénégal, aux pays éligibles de mieux faire face aux répercussions sanitaires, sociales et économiques de la Covid-19. « Cette proposition d’adhésion à l’Initiative de suspension du service de la dette (ISSD) traduit l’excellence des relations diplomatiques, économiques et financières entre la République du Sénégal et les pays membres du G20. La participation du Sénégal à l’ISSD se matérialisera par la suspension du paiement du principal et des intérêts dus à l’ensemble des créanciers du secteur bilatéral officiel jusqu’au 31 décembre 2020 pour un montant de quatre-vingt-dix milliards cinq cent soixante-sept millions sept cent quatre-vingt mille huit cent soixante-quatorze (90 567 780 874) de francs CFA entre le 1er juin 2020 et la fin de l’année, soit 13,51 % du service de la dette extérieure dû en 2020 », précise Abdoulaye Daouda Diallo.

Poursuivant, le ministre des Finances et du Budget rassure que « la République du Sénégal entend affecter l’espace budgétaire ainsi libéré au financement des dépenses sanitaires, sociales et économiques inscrites dans le Programme de Résilience économique et sociale annoncé le 3 avril 2020 par Son Excellence, Monsieur le Président de la République Macky Sall pour lutter contre les effets de la pandémie. »

« Cette somme sera affectée au financement des dépenses sanitaires, sociales et économiques inscrites dans le Programme de Résilience économique et sociale »
Toujours selon le ministre des Finances et du Budget, ses services compétents engageront, dans ce cadre, des discussions avec le secrétariat du Club de paris et les créanciers bilatéraux officiels pour une mise en œuvre ordonnée de cette participation. La république du Sénégal réaffirme, à cet effet, son engagement à se conformer à l’ensemble de ses obligations contractuelles vis-à-vis des créanciers du secteur privé et n’envisage pas d’étendre l’ISSD à ces derniers. Abdoulaye Daouda Diallo s’explique : « le soutien des créanciers privés au Plan Sénégal Emergent — que ce soit au travers de prêts ou la souscription d’obligations émises sur les marchés de capitaux internationaux — a permis d’inscrire le Sénégal dans une trajectoire de croissance forte et inclusive que les autorités entendent préserver. La République du Sénégal reste mue par le souci de protéger cette relation de confiance qui lui a notamment permis d’emprunter à des maturités allant jusqu’à 30 ans».

Autrement dit, l’Etat n’entend pas demander une suspension de son service de sa dette à ses créanciers privés internationaux. Ce pour préserver sa crédibilité et sa signature. Ce que nous n’avons cessé de préconiser dans ces colonnes ! En effet, on ne peut pas prétendre avoir une économie solide et une croissance très forte et refuser de payer sa dette. Ce qui signifierait fermer à notre pays les portes des créanciers internationaux privés. Dans ce cas, adieu Eurobonds par exemple !
Enfin, la république du Sénégal remercie les pays du G20 « ainsi que ses partenaires au développement pour le soutien apporté dans le cadre de la mise en œuvre de la riposte contre les effets du COVID-19 déclinée à travers le Programme de résilience économique et sociale », conclut-il.

Le Témoin

AYOBA FAYE

Jeudi 11 Juin 2020 - 13:02


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter