Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)

« Invincibles », « invisibles »... Ce que l’on sait des missiles hypersoniques utilisés par la Russie



« Invincibles », « invisibles »... Ce que l’on sait des missiles hypersoniques utilisés par la Russie
Depuis deux jours, la Russie utilise dans son offensive contre l’Ukraine une partie de sa nouvelle génération de missiles.

Pour le deuxième jour consécutif, la Russie a affirmé ce dimanche avoir utilisé des missiles hypersoniques en Ukraine. Utilisés pour la première fois vendredi par l’armée russe, les missiles hypersoniques Kinjal (« poignard » en russe) ont permis selon Moscou la destruction d’un entrepôt souterrain d’armements dans l’ouest de l’Ukraine. Ils ont été utilisé à nouveau samedi, cette fois pour détruire une réserve de carburant de l’armée ukrainienne dans le sud du pays.

Qu’est-ce qu’un missile hypersonique ? Eclairage.

Des missiles de très longue portée
Les missiles hypersoniques sont des armes qui ont plusieurs avantages : elles sont notamment très rapides, de très longue portée, et « manœuvrables sur la quasi-totalité de leur vol, ce qui les rend bien plus précises », explique à TV5 Monde Benjamin Hautecouverture, maître de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique.

Les missiles russes Avangard (« avant-garde » en russe) sont ainsi capables de changer de cap et d’altitude à très haute vitesse, les rendant « pratiquement invincibles » selon Vladimir Poutine, qui compare la percée scientifique et militaire de leur développement « à la création du premier satellite artificiel de la Terre », le fameux Spoutnik.

Testés avec succès en décembre 2018, leur vitesse a alors atteint Mach 27 - soit 27 fois la vitesse du son - et touché une cible située à environ 6 000 km, selon le ministère russe de la Défense. Ils ont été mis en service en décembre 2019.

Utilisés pour la première fois vendredi par l’armée russe, les missiles hypersoniques Kinjal (« poignard » en russe) ont eux atteint, lors des essais, toutes leurs cibles à une distance pouvant atteindre 1 000 à 2 000 km. Ils équipent les avions de guerre MiG-31. Leur emploi en Ukraine est une première mondiale pour un armement hypersonique, selon des experts.

Les Russes et les Chinois en avance
Mais, plus que leur très longue portée, le véritable avantage de ces nouvelles armes est bien leur capacité à défier les systèmes de défense anti-aérienne. « Elles suivent une trajectoire dans la haute atmosphère qui suit la courbure de la Terre et sont très difficiles à détecter », souligne Benjamin Hautecouverture à TV5 Monde.

« Les défenses anti-missiles classiques n’arrivent pas à les toucher », ce qui constitue « une vraie rupture technologique », corrobore Olivier Kempf, directeur du cabinet stratégique La Vigie, chercheur associé à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), interrogé par Europe 1.

Benjamin Hautecouverture estime que Russes et Chinois disposent d’une avance technologique réelle sur les Etats-Unis en la matière. « Le problème américain, c’est que leurs nouvelles armes ont jusqu’à présent échoué constamment aux tests, donc, de ce point de vue là, ils sont plutôt en retard par rapport », a confié l’expert à France Inter. Quant à la France, elle « est l’un des rares pays qui a une avance technologique très importante dans le domaine de l’hyper vélocité ». Un premier essai pourrait probablement avoir lieu cette année.

Ces armes confèrent-elles un énorme avantage à stratégique la Russie ? Pour l’expert militaire russe Pavel Felgenhauer, en déployant l’un de ses fleurons destructeurs, la Russie recherche d’abord un effet psychologique. « Cela a un effet sur le plan de la propagande psychologique, pour faire peur à tout le monde ».

L'OBS

Dimanche 20 Mars 2022 - 10:34


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter