Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



L'un des Thiantakones inculpés révèle: «Nous avons caché nos intentions à Cheikh Béthio»

Le procès des Thiantacones et de leur guide Cheikh Béthio Thioune dans l’affaire du double meurtre de Madinatoul Salam, ouvert mardi 23 avril 2019, va reprendre ce mercredi devant la Chambre criminelle du tribunal de Mbour. À la barre, l’un des accusés, Abdoulaye Diouf révèle que les corps sans vie de Bara Sow et d’Ababacar Diagne ont été enterrés nettement dans la forêt. Mais que le guide des Thiantakone n'était pas au courant de leurs faits et manoeuvres.



L'un des Thiantakones inculpés révèle: «Nous avons caché nos intentions à Cheikh Béthio»
Cheikh Béthio Thioune n'était pas au courant des basses manoeuvres de ses disciples le jour du double meurtre de Madinatoul Salam. C'est du moins ce qu'a révélé Abdoulaye Diouf, l’un des 19 Thiantakones inculpés. Devant la barre, il informe également que  "les deux corps sans vie étaient cachés à 500 mètres du domicile de Cheikh Béthio, à 20 heures avant de les acheminer nuitamment dans la forêt". 

L’accusé de poursuivre : « Nous avions caché nos intentions à Cheikh Béthio Thioune et à Cheikh Faye, son chambellan. Je précise que nous avons pris nos propres responsabilités de les enterrer, sans en informer auparavant Cheikh Faye, notre Dieuwrigne. Bara Sow et Ababacar Diagne étaient déclarés persona no grata à Madinatoul Salam. On les a inhumés vers 1 heure du matin ». 

Revenant sur les faits, Abdoulaye Diouf raconte : «Le jour des faits, j’ai quitté mon chantier pour aller voir le combat (Balla Gaye II vs Yékini). On m’a informé des échauffourées au domicile du Cheikh. On les a inhumés vers 1 heure du matin. Je suis automatiquement parti prendre mon gourdin, mais, je ne l’ai pas utilisé». 

Toutefois, Diouf reconnaît avoir participé à l’inhumation de Bara Sow et d’Ababacara Diagne, dans la forêt de Madinatoul Salam. 
 
Les confessions du Djeuwrigne Cheikh Faye Cheikh Faye, Dieuwrigne de Cheikh Béthio, désigné comme chef de file du "commando" qui a perpétré les actes barbares, abonde dans le même sens. Devant la barre, il révèle que le jour des faits, il a reçu un Sms d’un de ses condisciples, Alé Diouf, lui demandant de sortir d’urgence des appartements. Une fois dehors, il a perçu des pierres qui pleuvaient sur la grande porte en métal. On lui a dit que Bara Sow et son groupe avaient investi les lieux et qu’il y avait des affrontements entre disciples de Cheikh Béthio.

Ensuite, Cheikh Faye d’ajouter qu’il est parti aviser Cheikh Béthio tout en lui conseillant de ne pas sortir de ses appartements parce qu’il allait régler le problème. 
Comme pour montrer que le guide religieux n’était pas au courant que Bara Sow et Ababacar Diagne ont été tués, il souligne que lors des reconstitution des faits, il se trouvait dans la chambre de Cheikh Béthio, en compagnie du procureur Ibrahima Ndoye et du juge d’instruction, Abdoulaye Hassan Thioune. Lorsque les gendarmes ont tiré les coups de feu, ils n’ont rien entendu. 
 
A l'audience, les images projetées par le substitut du procureur ont fait craquer les parents des victimes. 
 

Aminata Diouf

Mercredi 24 Avril 2019 - 09:54



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter