Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



La Turquie confrontée au plus grave accident minier de son histoire

Le bilan de la catastrophe dans la mine de charbon qui s’est effondrée dans l’ouest de la Turquie ne cesse de s’alourdir. Selon un dernier bilan communiqué en début de soirée, au moins 274 personnes ont été tuées. Plusieurs centaines de mineurs sont toujours ensevelis en sous-sol.



La reprise des opérations de recherche, suspendues durant quatre heures cette nuit à cause d’une nouvelle explosion et d’un second départ de feu, a permis de remonter une dizaine de mineurs, dont quatre étaient décédés. De quoi redonner un - bref - espoir aux familles qui avaient déserté le carreau de la mine, ne voyant plus, depuis le milieu de la nuit, que des corps sans vie remonter à l’air libre.

→ A (RE)LIRE : Turquie: plus de 200 morts dans l'effondrement d'une mine

Selon un rescapé de ce matin, certains mineurs avaient pu se ventiler, profitant après épuisement de leur réserve d’oxygène, de poches d’air, en s’abritant dans des recoins épargnés par les fumées. Combien ? On ne le sait pas exactement. Tout comme on ne connaît pas le nombre de mineurs qui restent coincés dans la mine. Il oscillerait entre 100 et 400, selon que l’on interroge des sources officielles ou des mineurs ayant participé aux premiers secours.

En certains endroits le feu n’est pas encore éteint et des galeries demeureraient inaccessibles. Mais une chose est certaine, et le deuil national décrété par le gouvernement le confirme, la Turquie est confrontée au plus grave accident minier de son histoire, alors que son bilan en la matière est peu glorieux. Depuis 1941 et le début de l’exploitation du charbon, plus de 3 000 mineurs sont décédés dans les mines. Le dernier accident grave remonte à 1992, quand 263 mineurs avaient trouvé la mort dans le nord-ouest du pays.


Manifestations spontanées en Turquie

Avec notre correspondant à IstanbulAlexandre Billette

Le Premier ministre turc s'est rendu sur les lieux de l'explosion à Soma. Une visite mouvementée : Recep Tayyip Erdogan a été accueilli par des familles de mineurs en colère qui exigent la démission du gouvernement. Le Premier ministre a même essuyé des jets de pierre de la part des manifestants.

Pendant ce temps, à travers la Turquie, des manifestations plus ou moins spontanées ont eu lieu, ou auront lieu ce mercredi soir. Déjà à Ankara, des centaines d'universitaires sont descendus dans la rue, en mémoire des victimes et pour protester contre les conditions de travail des mineurs.

Les policiers antiémeute les ont empêchés de se rendre devant le ministère de l'Energie, à coup de gaz lacrymogènes et de canons à eau. En soirée, des manifestations sont également attendues, notamment à Istanbul. Un grand appel au rassemblement sur la place Taksim a été lancé sur les réseaux sociaux, un rassemblement qui ne devrait pas être autorisé par les forces de l'ordre. Appel à manifester aussi de la part des principaux syndicats.

Trois minutes de silence devraient être observées jeudi matin sur les lieux de travail. Un deuil national de trois jours a été décrété mardi soir. La plupart des grands événements sportifs et culturels des prochains jours ont déjà été annulés.

Source : Rfi.fr



Mercredi 14 Mai 2014 - 22:55